Actu
L’artiste contemporain Claude Lévêque visé par une enquête pour viol et agressions sexuelles sur mineurs

L’artiste contemporain Claude Lévêque visé par une enquête pour viol et agressions sexuelles sur mineurs

13 janvier 2021 | PAR Salome Helgoule Vallot

Le Monde a révélé le 10 Janvier que le parquet de Bobigny avait ouvert une enquête préliminaire  au Printemps 2019 visant Claude Lévêque. Le plasticien est accusé d’abus sexuels par le sculpteur Laurent Faulon, aujourd’hui âgé de 51 ans. 

Les confidences de Laurent Faulon au Monde

Aujourd’hui reconnu sur la scène artistique international, Claude Lévêque fait ses débuts dans une petite commune de Bourgogne, Nevers. Etudiant aux beaux-arts de Bourges et moniteur de centre aéré, il y rencontre le frère aîné de Laurent Faulon. Cette famille « de prolos » comme la qualifie Laurent Faulon, accueille à bras ouverts Lévêque, qui devient un habitué du foyer. La mère de Laurent Faulon l’apprécie beaucoup : elle voit en lui un moyen pour ses enfants de s’élever socialement. Mais très vite le comportement de Lévêque devient déplacé et dérangeant pour le jeune garçon âgé d’à peine treize ans. Et en 1983 c’est l’escalade : Lévêque impose à Faulon des rapports sexuels journaliers jusqu’en 1986.

Laurent Faulon n’ose rien dire : « Je n’ai pas exprimé mon refus, je ne me sentais pas autorisé à le faire, je ne pouvais pas dire non à Lévêque. J’aurais eu le sentiment d’être bête, ringard. J’avais peur qu’il ne s’intéresse pas à moi si je ne me laissais pas faire. » Lévêque lui expose même des thèses abjectes selon lesquelles son attraction sexuelle pour les jeunes garçons ferait partie de l’esprit punk et libertaire. Pour étayer ses dires, il fait découvrir à Faulon des auteurs qui font l’apologie de la pédophilie. 

Suspicions autour de l’artiste

La mère de Laurent Faulon n’a rien vu. Elle faisait confiance à Lévêque et avait le sentiment que ses enfants appréciaient sa compagnie. Pourtant, ce n’est pas seulement Laurent Faulon qui aurait subit des abus sexuels, mais également ses deux frères. Et s’il a décidé d’envoyer cette lettre au Parquet le 20 Février 2019, c’est aussi pour signaler le fait « qu’un ou plusieurs mineurs sont à l’heure actuelle en grand danger d’abus sexuels si l’irréparable n’a pas déjà été commis », pour éviter à tout prix que l’histoire ne recommence. 

Aujourd’hui, beaucoup de témoignages font écho à l’histoire de Laurent Faulon. D’autres personnes, contactées par le Monde, raconte avoir remarqué des comportements étranges et inappropriés pendant des événements artistiques notamment. Claude Lévêque aurait, à plusieurs reprises, demandé à partager sa chambre avec l’enfant qui l’accompagnait. Il aurait également eu des gestes déplacés mais jamais interprétés comme tels par l’entourage : « Son attitude était un peu étrange, il le prenait sur ses genoux. J’avais interprété cela comme son côté enfantin, le fait qu’il soit plus complice avec les enfants qu’avec les adultes. »

L’avocat de Claude Lévêque parle de diffamation

Par le biais de son avocat, Maitre Emmanuel Pierrat, Lévêque parle de propos graves, « diffamatoires et calomnieux » dans un communiqué du Quotidien de l’Art. Il accuse par ailleurs Faulon de faire preuve d’un « acharnement incessant ». 

Selon les informations du Monde, les policiers n’auraient toujours pas auditionnés Claude Lévêque. La procédure judicaire est difficile et laborieuse ; mais Laurent Faulon se dit prêt à aller jusqu’au bout « dans l’espoir que d’autres victimes puissent déposer plainte, pour aboutir à un procès si les faits pour lesquels elles ont été victimes ne sont pas prescrits. »

Visuel : Laetitia Larralde

Le Bateau Feu réinstaure le drive-in
« 1984 » adapté en roman graphique : qu’est ce que ça donne ?
Salome Helgoule Vallot

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture