Actu
« 1984 » adapté en roman graphique : qu’est ce que ça donne ?

« 1984 » adapté en roman graphique : qu’est ce que ça donne ?

13 janvier 2021 | PAR Salome Helgoule Vallot

Heureux – ou malheureux – hasard, 1984, la célèbre dystopie de George Orwell parue en 1949 citée à tort et à travers depuis le début de la pandémie de Covid-19, est tombée dans le Domaine Public le 1er Janvier 2021. Le roman reste une source inexhaustible de réflexion et de création : en ce début d’année ce sont déjà quatre adaptations en bande dessinée qui sont parues. 

Fido Nesti : la première adaptation en roman graphique 

L’illustrateur brésilien Fido Nesti lit pour la première 1984 … en 1984. Il est à l’école à ce moment-là et se découvre une véritable passion pour les romans dystopiques. Très proche de la réalité politique qu’il connait, il décide d’adapter 1984 en partie à cause du président actuel, Jair Bolsonaro, dont les dérives extrémistes sont critiquées sur la scène internationale. 

Fido Nesti a choisi de conserver la couverture de l’édition originale et il s’en inspirera pour ses illustrations, en respectant la palette chromatique restreinte de la couverture. Les planches, pleines de nuances pourtant, semblent monochromes. Les teintes s’assombrissent parfois, éclatent souvent, à mesure que le récit sombre dans l’angoisse. Et les plans sont toujours changeants : tantôt en contre plongée, tantôt de haut, tantôt d’en face, le personnage de Winston est scruté de partout. Big Brother est véritablement omniscient. 

1984, adaptation de Fido Nesti et Josée Kamoun. Grasset, 22€

Xavier Coste : de la révélation à la création 

Pour Xavier Coste « 1984 a été une évidence » (interview du 10/01 dans le Figaro). Il découvre le roman d’Orwell grâce à sa professeure d’art plastique qui reconnait dans ses dessins un univers dystopique semblable. Il explique : « Sa lecture a été un choc. J’ai eu d’emblée l’impression que j’avais trouvé le texte qui manquait à mes dessins. » Il rêve alors d’adapter un jour le roman en BD. Entre temps, Xavier Coste se livre à des exercices divers : il illustre la vie d’Egon Schiele, de Rimbaud ou encore de Gustave Eiffel. Il y a trois ans il se lance enfin dans le projet qui l’anime depuis ses quinze ans et publie le 6 Janvier 2021 une adaptation époustouflante.

L’ambiance oppressante du roman est remarquablement illustrée par les graphismes géométriques qui rappellent la rigueur extrême du totalitarisme ; mais c’est également le code chromatique, constitué uniquement de quatre couleurs, qui vient soutenir l’atmosphère délétère de la BD. Les jeux de perspective et l’invisibilisation des personnages, qui n’ont pas de visages, sont des manifestations esthétiques qui permettent à Xavier Coste de retranscrire par le dessin la violence du récit littéraire de George Orwell.

1984, adaptation de Xavier Coste. Sarbacane, 35€

Jean-Christophe Derrien et Rémi Torregrossa (Soleil)

La collaboration du scénariste de bande-dessinée Jean Christophe Derrien avec  le dessinateur Rémi Torregrossa, a débouché sur un projet qui se veut plus proche de la trame narrative que des réflexions politico-philosophiques qui s’esquissent dans le récit. Les graphismes sobres, le plus souvent en noir et blanc, sont en accord avec l’envie de simplifier le texte original pour n’en garder que l’histoire – passionnante – du personnage de Winston. Cette adaptation du roman d’anticipation 1984 sera surement plus accessible aux jeunes générations qui souhaitent s’initier à l’œuvre de George Orwell. 

1984, adaptation de Rémi Torregrossa et Jean-Christophe Derrien. Soleil, 17,95€

Sybille Titeux de la Croix et Amazing Améziane : 1984 comme réalité insaisissable 

Ce n’est pas une première pour Sybille Titeux de la Croix et Amazing Améziane, qui ont déjà collaboré sur plusieurs projets (Muhammad Ali, L’atelier des gueules cassées, Miss Davis: La vie et les combats de Angela Davis). Et c’est encore une fois une réussite pour ce nouveau roman graphique, adaptation du chef d’œuvre de Orwell. 

Déjà le parti pris de représenter Big Brother par Joseph Staline est surprenant, mais très pertinent dans la mesure où Orwell lui-même vouait une haine absolue au stalinisme. Ce choix permet également de recentrer la réflexion sur une réalité passée qui, à ce titre, pourrait devenir une réalité futur. Les deux auteurs ont réussi à faire de cette bande dessinée une nouvelle source de réflexion sur la société et les dérives autocrates actuelles. Le portrait de Big Brother parcourt un roman graphique aux couleurs froides dont les illustrations, réalisées sur ordinateur, illustrent parfaitement l’atmosphère étouffante et angoissante qui caractérise 1984.

1984, adaptation de Sybille Titeux de la Croix et Amazing Améziane. Edition du Rocher, 19,90€.

Visuel : © CC

L’artiste contemporain Claude Lévêque visé par une enquête pour viol et agressions sexuelles sur mineurs
 Facéties : Le voyage burlesque des frères Ben Aïm.
Salome Helgoule Vallot

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture