Actu

La culture : grande absente des débats sur le RIC, et pourtant !

La culture : grande absente des débats sur le RIC, et pourtant !

08 janvier 2019 | PAR Pierre Tanguy-Cottin

Le R.I.C, référendum d’initiative citoyenne, fait l’unanimité au sein du mouvement des « gilets jaunes ».  L’économie, le travail, la santé, l’agroalimentaire, l’écologie… Ces dernières semaines, tous les domaines d’expression de la démocratie ont été passé au crible dans le débat public quant au conséquences du RIC, seule la culture n’a pas eu son compte de bonnes intentions. Décryptage :

 

L’insurrection nationale que représente le mouvement des « gilets jaunes » tend à nous faire renouer collectivement avec nos racines civiques et ainsi d’inscrire l’ADN patriotique de la France dans l’histoire contemporaine.

Néanmoins, l’attention portée au champ culturel dans cette résurgence démocratique se traduit de manière laconique, voire inexistante. La culture a pourtant bien son ministère au gouvernement,  mais celui-ci ne se retrouve que rarement dans une situation d’urgence bien souvent nécessaire à l’action politique en France. Certains pays africains, qui ont été pillés à l’époque coloniale, réclament aujourd’hui restitution de leurs oeuvres et témoignent ainsi de l’importance des arts et de la culture au sein d’une société. (A lire sur le sujet)

Le RIC va sans doute permettre à la culture de se faire entendre, et surtout à l’échelle des collectivités. Nous avons pu nous entretenir avec le député du Vaucluse, Mr Jean-François Cesarini, il affirme en effet qu’il est « nécessaire d’aborder la question du RIC sous un angle culturel lors des prochaines réunions publiques qui auront lieu fin janvier dans sa circonscription ». Il souhaite « qu’un réel dialogue avec la population soit établi afin de lui permettre de s’engager dans la vie culturelle locale ». Etant lui-même comédien et habitué à se produire au festival off d’Avignon chaque année, Mr Cesarini prône « la culture comme levier démocratique d’émancipation et d’éducation. »

En intervenant au cœur du processus législatif, le RIC donne un élément de langage supplémentaire au peuple. Ainsi, il n’est plus simplement récepteur mais peut lui aussi, en son nom propre et non par la représentation, émettre une proposition au gouvernement. Lorsque la voix est libre, des voies se libèrent.

Visuel : © Yaël Hirsch

Nathalie Chaize : vivez avec elle son inspiration !
« Border » : Histoire d’amour au pays des monstres
Pierre Tanguy-Cottin

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *