Actu

Juliette Didierjean, directrice du Rayonnement Culturel de Saint-Quentin-en-Yvelines, nous parle de la Commanderie

Juliette Didierjean, directrice du Rayonnement Culturel de Saint-Quentin-en-Yvelines, nous parle de la Commanderie

18 septembre 2018 | PAR La Rédaction

A l’occasion de la Nouvelle saison culturelle de « La Commanderie », nous avons rencontré Juliette Didierjean, directrice du Rayonnement Culturel de Saint-Quentin-en-Yvelines

La Commanderie des templiers devient à la rentrée la Commanderie : qu’est-ce qui va changer dans le nouveau projet par rapport au lieu actuel?

1 – diversification et intensification de la programmation sur ce site qui appartient à l’agglomération.

Jusqu’alors deux services programmaient des activités ensemble : expositions arts et sciences, assorties d’ateliers. Les services n’étaient pas installés sur place, il n’y avait pas de vie ou de présence administrative sur le site. La programmation était exclusivement culturelle. Le site n’était pas utilisé pour toutes ses potentialités.

Le nouveau projet Commanderie a vu l’installation de quatre équipes sur le site : mission danse (programmer une saison de danse contemporaine à SQY en lien avec les 12 scènes du territoire, et accompagner les artistes chorégraphes émergents par des résidences et des partenariats), arts visuels (programmer des expositions, des performances, toute action permettant au public de se rapprocher des arts actuels), atelier des sciences (programmer expositions, ateliers, conférences, tedx permettant au public de comprendre les phénomènes scientifiques, y compris sciences économiques), et Itinéraires poétiques (programmer toute action visant à diffuser les grands textes actuels de la poésie, et à engager les publics dans une démarche de production).

Ces quatre services s’associent pour produire une saison culturelle à la Commanderie. Ils sont de plus missionnés pour rechercher et programmer de nouvelles activités non exclusivement culturelles : marchés circuits courts, brocantes, ciné de plein air, village des mots, village des sciences, village du chercheur Saint-Quentinois, stages bien-être, séminaires sur l’économie, boutiques éphémères, …

2 – Un café éphémère (Le café FMR) s’installe dans les jardins de La Commanderie. Il a ouvert le 8 septembre pour le lancement, propose une ambiance et des prestations similaires à celles que l’on trouve dans les bars éphémères parisiens. Il ouvrira tout d’abord ponctuellement en fonction des événements programmés, puis devrait ouvrir régulièrement, les fins de semaine, à la belle saison.

3 – A partir de 2020, un ensemble de bâtiments devrait être réaménagé pour accueillir un espace résidence (dont résidences de chorégraphes), un incubateur d’entreprises culturelles (en lien avec SQYcub), un fablab ou repair café, une boutique éphémère.

Le projet insiste sur le lien qu’il va instaurer avec la sphère économique : cela signifie-t-il que vous allez mettre en œuvre des partenariats avec les entreprises locales? Comment cela va se traduire?

Les liens à instaurer sont de plusieurs natures :

1 – Proposer une approche culturelle de l’économie au moyen de conférences, d’ateliers, de tedx, … il s’agira de permettre une analyse et une compréhension des problématiques économiques locales rapportées aux mécanismes économiques nationaux et internationaux, et de proposer des solutions, des expérimentations pour les plus jeunes.

2 – Inviter les entreprises du territoire à participer aux événements emblématiques

3 – Accueillir les entreprises du territoire sur le site pour des événements spécifiques, en lien avec le café FMR

Le projet va intégrer un incubateur de talents : comment cela fonctionnera-t-il? Avez-vous déjà des noms de compagnies ou de troupes avec lesquels vous comptez travailler?

L’incubateur d’entreprises culturelles fait l’objet d’une réflexion en lien avec SQYcub, et en lien avec les particularités culturelles de notre territoire. En effet, le territoire doit être une terre d’expérimentation pour toute entreprise en cours d’incubation. Ce projet ne verra pas le jour avant 2020.

L’incubateur de talents se fera au moyen des résidences et des partenariats avec les acteurs locaux (compagnie, services culturels, projets associatifs). Ce projet commencera à partir de 2019/2020.

-La Commanderie visera particulièrement à toucher des publics non-initiés à la culture : comment comptez-vous faire connaître le projet et amener ces publics dans le lieu? Y-aura-t-il des partenariats avec des Maisons de la jeunesse locales, les écoles…ou autre chose?

L’idée à développer et faire circuler est « il se passe toujours quelque chose à la Commanderie, et on y est bien ».

La nature culturelle du lieu n’est pas clairement affichée dès l’entrée car La Commanderie est d’abord un projet de sociabilité qui s’adresse à tous : habitants, salariés, étudiants, jeunes et moins jeunes. Le café, les activités régulières non culturelles sont une manière de connecter (ou re-connecter) les habitants à l’innovation culturelle, la création, la réflexion et la capacité à produire soi-même du sens et de l’intelligence.

Le cadre, le café FMR, la simplicité d’approche sont autant de paramètres pour permettre à chacun de s’approprier le lieu.

Le 8 septembre a été inaugurée la première exposition du nouveau lieu : l’exposition sera sur le design européen. Pourquoi avoir choisi ce thème? Pouvez-vous nous en dire plus sur l’exposition en elle-même, quels seront par exemple les artistes phares présentés?

L’exposition sur le design « une exposition nommé design » est l’occasion de montrer la richesse, l’intérêt ou la rareté des collections du musée sur le design. 42 objets imaginés et conçus par des designers européens sont exposés dans la chapelle. Le contraste entre l’intérieur de ce bâtiment gothique et la modernité des formes est saisissant.

Cette exposition a été pensée dans le cadre de la préparation des journées du patrimoine dont le thème était « L’art du partage », prétexte à partager les esthétiques design européennes.

L’exposition rencontre un vrai succès car elle est une occasion rare d’admirer une parcelle de la collection estimée à 6000 objets.

Juliette Didierjean

Directrice du rayonnement culturel de Saint-Quentin-en-Yvelines

Crédit photo :  ©Mairie de Saint-Quentin-en-Yvelines

(Article partenaire)

Le Corps du Roi, une performance baroque et pop au Jerk Off festival
L’agenda classique de la semaine du 18 septembre
La Rédaction

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *