Actu
Daniel Lévi : chanter pour les autres

Daniel Lévi : chanter pour les autres

08 août 2022 | PAR Rachel Rudloff

Le 6 août dernier Daniel Lévi est décédé des suites d’un cancer colorectal. Révélé dans la version française de « Ce rêve bleu » et son rôle dans la comédie musicale Les 10 commandements, il est resté toute sa vie un chanteur engagé, sur plein de causes différentes. 

 

Au commencement, un jazzman 

Sa passion pour la musique a commencé par l’apprentissage du piano au conservatoire de Lyon. Bach, Beethoven… Les classiques vont lui donner le goût de la composition, mais c’est vers le jazz et le soul qu’il va rapidement se tourner. A 22 ans, il sort son premier album, Cocktail, sous le nom de Daniel Neuville, puis deux singles, tout aussi jazz et électriques. Il revient sur ces bases jazz et soul en 2017, pour l’opus Daniel Lévi, plus personnel, au succès international. 

Malgré cet amour du jazz, la vie va l’amener progressivement vers la comédie musicale. En 1991, dans une pièce inspirée de la vie de Georges Sand (Sand et les romantiques), en 1992 dans l’incontournable « Ce rêve bleu » pour la version française d’Aladdin, et enfin en 2000 dans le rôle de Moïse dans Les dix commandements. La comédie musicale de Lionel Florence et Patrice Guirao le fait connaître au grand public. 

 

Un artiste engagé

Dès l’année 2000, avec la troupe des Dix commandements, il figure sur l’album Noël ensemble, dont les bénéfices sont reversés à la recherche contre le Sida. L’année d’après, il enchaîne avec une participation au spectacle annuel des Enfoirés

Mais, malgré une activité plutôt discrète par la suite, son engagement ne s’arrête pas là. En 2020, entre mars et août, il s’engage sur plusieurs causes : à la fois la planète, mais aussi les soignants après la crise sanitaire. Si cela peut paraître quelconque, ses singles ont permis de récolter des fonds pour les causes qu’il défendait.  Il s’engage pour le climat, précisant par exemple qu’il souhaite « Permettre de réveiller les consciences sur la beauté de notre planète et la nécessité aujourd’hui comme demain de la chérir et la préserver ». Avec le single Toi, moi, nous, eux, auxquels participent un bon nombre de stars, ils reversent les bénéfices aux hôpitaux après le premier confinement. 

Aujourd’hui, alors que l’artiste a été inhumé hier, dimanche 7 août dans le carré juif du cimetière Saint Pierre à Marseille, un grand nombre de personnalités publiques soulignent l’altruisme d’un chanteur tourné vers les autres. La chanteuse Anggun s’est par exemple exprimée sur les réseaux sociaux en affirmant « sa tristesse ». Elle décrit Daniel Lévi comme « un homme et artiste magnifique ». De leur côté, Emmanuel Macron et la ministre de la culture Rima Abdul Malak ont aussi présenté leurs vœux respectifs aux proches sur twitter, soulignant la générosité du chanteur « c’était une voix, singulière, puissante. Des combats aussi : climat, soignants, lutte contre le racisme, soutien au Liban, il n’hésitait jamais à s’engager pour que le monde devienne un peu meilleur. Toutes mes condoléances à sa famille et à ses proches. »

En effet, la mort du chanteur a seulement 60 ans a beaucoup touché le monde de la culture. Sur instagram et twitter, les photos de lui affluent depuis quelques jours, accompagnés de jolis mots. Ceux de Pascal Obispo, par exemple, resté très proche de Daniel Lévi «Un homme, une voix, un frère, notre frère est parti… Celui des enfants des #dixcommandements. J’ai beau chercher les mots, je n’en trouve pas d’assez beaux. C’était grand, c’était bien, c’était nous», en référence à un des single phare de la comédie musicale dont ils avaient partagés la tête d’affiche. Toujours en rendant hommage à son rôle dans les Dix commandements, Amel Bent écrivait hier sur twitter «Pour moi Daniel avait une des plus belles voix en France et cet amoureux de la musique a construit grâce à son groove, son timbre chaleureux, sa musicalité, sa vélocité et son émotion un merveilleux pont entre la variété française et la soul/r&b. Respect à ce grand artiste et immense chanteur qui a donné à beaucoup l’envie d’aimer et de chanter». L’interprète laisse donc un grand vide derrière lui, mais ses proches restent soudés, comme en témoignent ces hommages émouvants. 

 

Visuel : wikicommons, Daniel Lévi en 2020. 

« L’île Haute » de Valentine Goby : une Montagne protectrice
Agenda du 15 août
Rachel Rudloff

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture