Actu

Coup de jeune pour la Cité universitaire de Paris

Coup de jeune pour la Cité universitaire de Paris

18 février 2019 | PAR Lou Baudillon

La cité internationale universitaire de Paris poursuit son essor architectural dans le cadre du plan Cité 2025. C’est l’agence d’architecture Bruther qui a déposé le projet.

 

 

La Cité internationale universitaire de Paris présente un patrimoine architecture exceptionnel qui a su se réinventer avec le temps, ajoutant à l’espace une grande diversité de bâtiments et de style : les 40 « maisons » de la cité sont construites entre 1925 et 1969. Dès lors, un véritable projet d’urbanisme s’est créé autour de l’aménagement, à l’image de première maison de 1925, pensée comme une Cité Jardin qui inaugure un ensemble de pavillons. Ainsi jusqu’en 69, les bâtiments se sont successivement côtoyés par la variété de leurs formes, plus ou moins audacieuses et souvent dues à de célèbres architectes, à l’instar de la Fondation Suisse signée par Le Corbusier.  5 de ces maisons sont protégées au titre des Monuments historiques. Mais au delà de l’aspect patrimonial, le lieu cherche aussi à se réinventer par un vaste programme de mécénat et surtout par la construction de nouvelles maisons, ainsi que des projets de réhabilitation.

Depuis 2017, dans le cadre du plan Cité 2025, trois nouvelles résidences ont été inaugurées : la maison de l’Ile-de-France, la maison de la Corée et la résidence pour chercheurs Julie-Victoire-Daubié. Quatre autres devraient l’être d’ici à 2022 : la maison de la Chine, la maison de la francophonie, la maison de l’Egypte et une deuxième maison pour la Tunisie. La résidence Julie-Victoire Daubié, en bordure du périphérique se présente comme une masse de béton et de verre scindé en trois lames, les côtés sont réservés aux logements (Des chambres et des T1 pour les étudiants) tandis que la partie centrale abrite des espaces communs. Le bâtiment, conçu par l’agence Bruther, façonne une nouvelle fois le paysage de la Cité internationale en proposant en bordure de parc une contemporanéité qui ne rompt pas avec la mémoire des architectures plus anciennes.  

 

 

Visuel : ©CC

« Les Étendues Imaginaires », un récit inégal entre drame social et film noir
Bouquet Philharmonique pour le festival Présences à Radio France
Lou Baudillon

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *