« LE RÊVE D’UN HOMME RIDICULE » DE DOSTOÏEVSKI au Poche Montparnasse

11 janvier 2017 Par
David Rofé-Sarfati
| 0 commentaires

Comme une suite au merveilleux Amok de Alexis Moncorgé mis en scène par Caroline DARNAY, et pour un même plaisir, la petite salle du Poche Montparnasse donne le relais deux ans après sa création au Belleville, au seul en scène d’Olivier Ythier,  « Le Rêve d’un homme ridicule » de Fiodor Dostoïevski dans une poignante interprétation de Jean-Paul SERMADIRAS

slide1-page

« Je suis un homme ridicule. Maintenant, ils disent que je suis fou. Ce serait une promotion, s’ils ne me trouvaient pas toujours aussi ridicule. Mais maintenant, je ne me fâche plus, maintenant je les aime tous, et même quand ils se moquent de moi ».

Un homme vient de décider soudainement de se suicider lorsqu’il croise une petite fille en détresse. Il renvoie l’enfant. De retour chez lui, il est rattrapé par la culpabilité. Il s’endort et fait un rêve. Dans son rêve, il rencontre un homme qui le mène sur une planète peuplée d’hommes bons menant une vie harmonieuse. Au  contact de notre homme ridicule ce peuple ira à sa perte sous forme du discours de la science et des convictions de vérité de cette dernière. À son réveil il s’aperçoit qu’il a corrompu par la haine, la discorde et le désespoir tout ce monde utopique. Il ira retrouver la petite fille.

Nous sommes en 1877, en pleine révolution industrielle. L’occident croit à une promesse du bonheur par la science et la médecine. Exalté par cet espoir scientiste on croit à un jour prochain où même la mort disparaîtra. A cette foi le très beau texte de Dostoïevski s’oppose dans une véritable expérience initiatique où l’on retrouve la veine mystique et messianique de l’auteur des Frères Karamazov.

Cette pièce nous parle et c’est épatant. Le texte trouve en 2017 une puissance réactualisée et une moderne légitimité car on pense désormais non au scientisme mais à une société de consommation mondialisée et qui traversée par une spiritualité belliqueuse doute d’elle même.

A ce discours si moderne, le soliloque de Jean Paul Sermadrias au timbre sensible et impliqué impose un moment d’importance.Un moment de théâtre comme une proposition à penser. A ne pas rater.

Crédit Photos DR

LE RÊVE D’UN HOMME RIDICULE
De Fiodor DOSTOÏEVSKI
Mise en scène Olivier Ythier
Collaboration artistique Gilles DAVID, sociétaire de la
Comédie-Française
Avec
Jean-Paul SERMADIRAS
Adaptation et interprétation Jean-Paul Sermadiras
Traduction André Markowicz
Scénographie et lumières Jean-Luc Chanonat
Création sonore Pascale Salkin
Costumes Cidalia da Costa