« Figaro divorce » au Théâtre du Nord : l’élégance de la nuance

6 mars 2016 Par Audrey Chaix | 2 commentaires

Au lendemain d’une révolution qui aurait pu être la Révolution Française si Ödön von Horváth n’avait situé l’intrigue de son Figaro Divorce dans les années 1930, quatre réfugiés sont capturés par la police aux frontières allemandes : le lecteur de Beaumarchais y retrouve le comte Almaviva et sa femme, accompagnés de leurs valets, Figaro et son épouse Suzanne. Si Le Mariage de Figaro symbolisait le Siècle des Lumières et l’imminence de la Révolution Française, prête à balayer les privilèges, Figaro Divorce brosse un portrait désenchanté de l’après-révolution, alors que les nobles sont dépossédés de leurs biens, mais que les valets ne sont pas mieux lotis, alors que Figaro s’enfonce dans une petite bourgeoisie que Suzanne désapprouve au point de quitter son époux …

COMMENTAIRES:

  1. Ping : “Figaro divorce” au Théâtre du Nord : l’élégance de la nuance | O LADO ESCURO DA LUA

  2. Ping : Nécessaire et urgent, La Mouette, Figaro divorce- revue de presse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *