« Desperate Women » au Guichet Montparnasse

6 janvier 2016 Par David Rofé-Sarfati | 0 commentaires

Trois femmes mystérieuses et drôles sont invitées à un enterrement où elles seront tenues de mener une enquête loufoque après avoir découvert que la morte est vivante.

Note de la rédaction :

La pièce est une cocasserie à la manière d’un cluedo où on ne sait ni où ni comment ni même qui est mort. Dans une chapelle, une cérémonie funèbre est en cours. On s’agite, on s’interroge, on enquête, on cherche mais on ne trouve que soi même, on gesticule vers à cour les toilettes, à jardin le buffet. Chaque enterrement est l’enterrement d’une partie de nous même. L’enquête avance vers une réflexion sur le cours de la vie, sur ce qu’elle fait de nous. Les personnages se découvrent devant nous, ces desperate women, la bourgeoise amère et désœuvrée, la garçonne lesbienne, la fragile candide, jouée par trois comédiennes de talent. On regrettera parfois que ce trio de talents n’ait pas produit autre chose, un effet supplémentaire à la façon propre d’une troupe ou d’une bande.

L’interdiction de spoiler nous empêche bien sûr de dévoiler la chute stupéfiante. Nous pouvons révéler toutefois que les séquences de come-back des trois personnages avec le fiancé commun de leur enfance sont des petits chefs-d’œuvre de drôlerie et de tendresse. Les trois comédiennes ont du talent et servent le texte, très fin pour nous faire rire. Car on rit beaucoup dans cette pièce qui, présentée au Guichet Montparnasse est une trouvaille qui mérite d’être vue.

Auteur : Cécile LAMY , Artistes (vu avec en gras) : Alexandra Furon, ou, Perrine Demartres, Nathalie Portal, ou, Eugénie Gaudel, Caroline Mathieu, ou, Delphine Ledoux.
Metteur en scène : Nathalie Hardouin

Crédit Photos : affiche et page Facebook.


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laissez un commentaire: