[Festival d'Avignon] Roser Montlló Guberna, Elsa Wolliaston, Halory Goerger et Martin Palisse aux Sujets à Vif

19 juillet 2016 Par Amelie Blaustein Niddam | 0 commentaires

Suite et presque fin pour la programmation des Sujets à Vif, cette rencontre entre la SACD et le Festival d’Avignon qui entrechoque des formes qui se croisent rarement. Un programme placé sous le signe d’un humour souvent acide.

Note de la rédaction :

Halory Goerger et Martin Palisse Il est encore trop tôt pour un titre

Tout commence ici par une injustice. Pourquoi les trompettes de Béjart ne retentissent-elle pas lors des Sujets à Vif ? Quoi ! La performance ne rentre pas dans le jeu ? Cosmic Neman, Halory Goerger et Martin Palisse vont changer cela ! Le musicien, le comédien et le jongleur vont changer l’ordre des choses et réparer cet affront. Mais d’ailleurs. Ils le disent, il faut être « attentif ensemble ». Les choses ne tournent plus rond, et Martin Palisse a beau jongler comme un dieu avec une finesse rare, il a de quoi se vexer quand le poète lui balance que son art est une « occupation sociétale » sans utilité ! Alors le trio se met en place à l’ancienne, ambiance médiévale revisitée, car ici le poète sample, le jongleur est contemporain et le Dj mixe techno. La performance est très drôle. Avec beaucoup d’humour ce trio vient dire sans se plaindre les complexités de l’intermittence du spectacle.

Roser Montlló Guberna et Elsa Wolliaston « Sisters »

On retrouve avec joie Roser Montlló Guberna de la Compagnie Toujours après Minuit. Elle est frêle et souriante. Elle entre en portant sur son dos la massive danseuse Elsa Wolliaston. Le duo est rapidement tendre et drôle. Leur performance raisonne étrangement avec l’actualité. Ce jour là une minute de silence est prévue à midi. Pour ne pas perturber le spectacle, car, et c’est une nécessité, plus que jamais, the show must go on, elle a été prévu à la fin de la pièce. Mais à midi pile, Roser Montlló Guberna était en train de mélanger les mots en les ponctuant d’un obsédant « Si cela semble trop »… troublant. Troublant comme ce pas de deux, ce Sisters black and white qui fait la part belle à un flamneco revisité techno.

Jardin de la Vierge du lycée Saint-Joseph © Christophe Raynaud de Lage


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laissez un commentaire: