[Live-report] Le duo Gallis fait redécouvrir les compositions pour alto et violoncelle à Saint-Merry

1 mai 2017 Par
Yaël Hirsch
| 0 commentaires

Invités de la série de concerts gratuits l’Accueil Musical à l’Eglise Saint-Merry, la violoncelliste Bertille Arrué et l’altiste Mathieu Lamouroux donnaient hier soir un bel aperçu de leur recherche sur un répertoire trop méconnu : les compositions pour alto et violoncelle. Alors qu’ils viennent de sortir leur premier disque, qui est aussi le premier enregistrement de la Sonate pour alto et violoncelle de GT Strong, qui commençait au 17e siècle pour nous amener au 20e.

duo-gallis-sainte-merry

En quatre ans d’existence, le duo Gallis a retrouvé près de 300 partitions pour violoncelle et alto qu’ils font vivre par des concerts à travers l’Europe. Nous avions notamment eu la chance de les entendre lors de la soirée organisée par Toute La Culture en 2016 chez Joséphine. Ce samedi 29 avril, dans la nef de Sainte-Merry et devant un public venu nombreux, ils ont décidé de nous faire traverser les siècles du 17e au 20e. Et ils commencent commence avec une sonate en 3 mouvements de Luigi Boccherini, où le violoncelle est plus un accompagnement et un point d’appui pour l’alto qu’un soliste. Le premier mouvement est vif et on se laisser prendre dans cette musique comme dans un vêtement soyeux pour entrer dans un deuxième plus lancinant avant de suivre l’alto tout à fait virtuose du troisième mouvement qui emporte comme une vague.

L’on traverse un siècle pour aller chez Franz Danzi, compositeur allemand au tournant du romantisme et du classicisme, qui a retenu la leçon du compositeur Carl Maria von Weber et s’inspire de sa manière d’insuffler des sentiments complexes aux personnages d’Opéra pour animer les instruments de ses compositions. Dans le Duo en fa majeur, le violoncelle n’est plus juste un support, c’est un véritable interlocuteur à l’alto et c’est un dialogue scintillant qui a lieu, un vrai duo. Et l’on se laisse vite porter par le début vif et mozartien avant d’entrer dans le romantisme solennel du violoncelle qui retentit à temps comme une plainte déchirante.

Ensuite, l’on passe au 20e siècle avec quatre pièces courtes et virtuoses d’un compositeur suisse que le jazz et les années folles ont nourri, Joseph Lauber. Chacune des quatre pièces de 2 minutes a un titre (Romance, Badinage, Berceuse et Saltarelle). Le Badinage commence notamment sur une série joueuse de pizzicati tandis que chacune des pièces plonge vraiment rapidement dans une autre atmosphère.

Après une courte pause, Bertille Arrué et Mathieu Lamouroux entrent « dans le vif du sujet » en interprétant l’oeuvre qu’ils viennent d’enregistrer pour la première fois au monde cent ans après sa création: la sonate pour violoncelle et alto de George Templeton Strong (1856-1948). C’est la première oeuvres qu’ils ont trouvées en cherchant du répertoire pour leur deux instruments et au début ils n’ont trouvé que le premier mouvement. Le financement participatif ayant permis l’enregistrement du disque, le duo cite mélodieusement les noms de tous les donateurs avant d’entrer avec un enthousiasme très émouvant et une concentration fascinante dans l’oeuvre. Le premier mouvement est romantique, profond, le rythme ralentit et les instruments prennent le temps d’entrer dans les sentiments. Il y a quelque chose de l’Arpeggione de Schubert dans cette sonate où le violoncelle virtuose semble mettre l’alto au défi. Le rythme est lui assez original, avec des moments qui amène quasiment à valser et des ruptures fortes, proches de la syncope parfois. Une belle découverte, donc, que nous sommes heureux de savoir désormais enregistré, en espérant que ce premier CD du duo Gallis soit le début d’une grande collection de musique pour violon et alto.

Duo Gallis, Sonate de CT Strong, Chanteloup Music, 10 euros. A acquérir, ici.

Pour suivre les concert du Duo Gallis, rdv sur leur page facebook et leur site officiel.

visuel : YH