Jean-Louis Murat : «  Il faut expérimenter de nouvelles voies et renouveler le format contraignant de la chanson »

29 septembre 2018 Par
Jean Emmanuel P.
| 1 commentaire

Toute La Culture a interrogé Jean-Louis Murat à l’occasion de la sortie de son nouvel album « Il Francese » , qui renoue avec les mélodies envoûtantes. Rencontre avec un artiste singulier, entre poésie et exploration de nouveaux territoires.

La tonalité de votre nouvel album « Il Francese », sorti le 28 septembre dernier, est très différente du précédent, « Travaux sur la N89 ». Comment le situez-vous ?

L’album « Il Francese »  est une réponse au précédent, qui était beaucoup plus expérimental. Je suis revenu à une conception plus raisonnable, avec des chansons composées principalement au piano, de format plus court avec des mélodies. Les chansons comme «  Je me souviens »  et «  Rendre l’âme »  sont simples et relaxantes, de forme plus traditionnelle.

Quel est votre rapport à la chanson française ?

Je ne suis pas sûr que la forme de la chanson actuelle, un peu désuète, puisse encore porter quelque chose d’efficace dans notre vie ultramoderne du 21ème siècle. La forme d’expression chanson doit bouger, se renouveler. Ma façon à moi d’exploser les formes très contraignantes de la chanson, c’est de ne pas avoir de limitation dans l’espace et dans le temps pour que se développe l’imagination. J’aime traverser le mille feuille de l’histoire culturelle. Je me sers beaucoup de l’histoire et de la géographie et je prends appui sur des personnages un peu intemporels, comme dans cet album.

Vous êtes un artiste prolixe, qui réalise un album par an. Est-ce que cela répond à une nécessité créative ?

Oui sûrement. Je ne vois pas comment faire autrement. Un album par an, c’est un minimum. Si je pouvais, j’en ferai deux, tout en étant en tournée. Les Beatles en faisaient un tous les 9 mois. Avant, le vrai rythme c’était cela, deux albums par an. Maintenant c’est le business qui veut ça, il faudrait faire un break, mais pourquoi faudrait-ils attendre tous les trois ans pour faire 11 chansons ?

Dans l’écriture, vous avez un secret de fabrication ?

J’écris et je compose en même temps. Je n’ai pas d’idée préconçue pour une chanson. Quand j’écris « je me souviens d’une terre brulée alentour », je ne sais pas d’où cela vient. Cela me surprend moi-même. Il n’y a pas d’explication particulière, si ce n’est l’envie et le désir de faire quelque chose. J’écris dès que je n’en peux plus. Je prends la guitare, j’écris, et je relis le lendemain. Quand la chanson est terminée, je me dis après : «  Non, tu as fait ça, c’est cela que tu voulais dire » .

Que représente la scène pour vous ?

La scène quand ça marche ce sont les meilleurs moments de la vie. Sur certains concerts, si je me sens bien en voix, c’est un oubli de soi. Ces moments sur scène sont comme quand j’écris, je ne sais plus où je suis. Je vais recommencer bientôt une nouvelle tournée. Ne pas faire de scène me manque.

Visuel : couverture de Il Francese, le nouvel album de Jean-Louis Murat sorti chez PIAS. L’artiste sera en concert au Café de la Danse les 10 et 11 décembre.