Régis de Sá Moreira ou l’amour Comme dans un film

16 août 2016 Par Marianne Fougere | 0 commentaires

Dans ce roman d’amour pas comme les autres, Régis de Sà Moreira, revisite les codes du genre. Un roman incontournable qui se lit autant qu’il se regarde.

Note de la rédaction :

Des histoires d’amour au cinéma, on a vu jusqu’à écœurement. Des histoires d’amour dans la littérature, on a lu à profusion. Mais des histoires d’amour dans les livres comme au cinéma, ça n’existe pas ou plutôt ça n’existait pas jusqu’à présent.

C’est donc pour répondre à cette dramatique absence que Régis de Sà Moreira, dans son sixième roman, nous projette dans le grand film de la vie d’un couple. Coup de foudre à Notting Hill, 500 jours ensemble de la rencontre à la séparation, Dix bonnes raisons de te larguer pour finalement te retrouver et célébrer ensemble ce Crazy Stupid Love, et tout ce qu’il demande de courage et d’abnégation. Car, dans son film, Sà Moreira ne nous épargne aucune Scène(s) de la vie conjugale : Il et Elle se désirent, « oublient qu’ils ont des zizis », se prennent les pieds dans la routine. Il et Elle se referment sur eux-mêmes, baisent comme des singes à en faire des enfants, « hurlent à la mort », à l’amour, ou à la mort de l’amour. Ils se déchirent puis se réconcilient sur le divan d’un pédo-psychiatre – c’est plus joli avec pédo devant. La vie à deux est une bataille de tous les jours dont on suit, avec délice et passion, toutes les épreuves et les rebondissements dans ce roman qui se lit comme un véritable thriller.

Le génie de Sà Moreira est d’avoir conçu un écrin sur mesure pour saisir, sur le vif, Les fragments du discours amoureux. Les états d’âme, les pensées et les interactions des protagonistes nous sont livrés sous la forme d’un script. Parfois tendre souvent drôle, ce dialogue ininterrompu témoigne du sens du rythme de son auteur et des remous qu’impose l’Amour à ses victimes.

Aussi, s’il ne fallait, en cette rentrée, ne retenir qu’une comédie romantique parmi toutes celles qui vont à coup sûr envahir les écrans de nos salles obscures, c’est ce film-là qu’il faudrait s’empresser d’aller voir.

Régis de Sà Moreira, Comme dans un film, Paris, Diable Vauvert, parution le 18 août 2016, 352 pages, 17 euros.

Visuel : couverture du livre


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laissez un commentaire: