« Que sont mes amis devenus ». De la difficulté actuelle d’être juif et de gauche par Brigitte Stora

5 février 2016 Par Yaël | 1 commentaire

Sous un titre à la Leo Ferré (référence à complainte de Rutebeuf) la journaliste et chanteuse engagée, Brigitte Stora, part de notre sidération présente face aux attentats du 7 janvier et du 13 novembre 2015 pour livrer une réflexion aussi libre que profonde sur l’emballement anti-israélien et même antisémite d’une certaine gauche. Que sont mes amis devenus est un essai à vif, énergique et courageux.
Note de la rédaction :

Profondément marquée par l’attentat de Charlie Hebdo mais aussi celui de l’hyper cacher, Brigitte Stora remonte dans la chronologie pour souligner les étapes d’un long divorce entre attention à l’antisémitisme et gauche française. Pour cette ancienne militante trotskiste, engagée pour le Nicaragua et très attentive à la question de l’idéal et de l’égalité, la fin des années 1990 en France voit arriver subrepticement un nouveau phénomène : une gauche élevée dans le sens de ce que la Shoah pouvait signifier pour la conscience européenne se met soudain à oublier ce problème, d’autant plus facilement que juifs et israéliens sont mélangés dans l’idée néo-humaniste et pleine de bonne conscience que les israéliens occupent illégitimement des territoires où ils maintiennent des palestiniens sous un joug intolérable : « Depuis des années nous assistons à une lente criminalisation des Juifs par certains et au désarmement méthodique de ceux qui seraient tentés de s’y opposer », constate Brigitte Stora (p.15). Elle qui se montre à plusieurs reprises très critique à l’égard de la politique des gouvernements israéliens depuis l’assassinat de Itzhak Rabin, tine néanmoins à l’existence du pays et ne comprend pas pourquoi au nom de la cause palestinienne, l’antisémitisme passé et présent pourrait être passé sous silence. Elle s’insurge contre cette tendance : « Quel bonheur que de pouvoir faire endosser aux parias éternels de l’Europe, les crimes de la colonisation, voire de l’esclavage, et par cette incroyable imposture se laver une fois pour toute de la Shoah » (p. 43). Et passe en revue les grands évènements (Ilan Halimi, Mohamed Merah) et les grandes saillies intellectuelles (le Indignez-vous de Stephan Hessel qui estime que l’occupation allemande était moins pire que l’occupation israélienne, le Circonstances de Badiou qui estime que le nom de juif devrait disparaître …) qui ont balisé le terrain pour que « La shoah (soit) gommé (e) » et que « le négationnisme aux couleurs de l’humanisme triomphe » (p. 152). Face à cette tendance humaniste et de gauche à faire de l’antisémitisme, « l’anti-impérialisme des imbéciles », selon l’expression de Daniel Bensaïd.

Bensaïd l’antisémitisme devient, Brigitte Stora met en scène ses derniers vrais amis. Qui sont souvent d’une autre génération, celles celle qui n’a pas eu les illusions de la sienne. Elle parle ainsi des anciens enfants et justes gravitant autour de la maison de Moissac et dédie son livre aussi bien à la survivante et réalisatrice Marceline Loridan qu’à ses enfants. Un livre fort et courageux qui est aussi un plaidoyer pour continuer à penser l’antisémitisme avec l’existence d’Israël et en parallèle mais sans amalgames aux autres racismes.

Brigitte Stora, Que sont mes amis devenus…,Les juifs, Charlie et puis tous les nôtres, Le bord de l’eau, 260 p., 20 euros. Sortie javier 2016.
visuel : page facebook de l’auteure


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

COMMENTAIRES:

Laissez un commentaire: