« À l’assaut de l’empire du disque » Le hold up musical du siècle raconté par Stephen Witt !

27 février 2017 Par
Jean-Christophe Mary
| 0 commentaires

Conçu comme une enquête journalistique, voici l’histoire du piratage de la musique numérique qui a entrainé la chute de l’industrie de la musique. L’auteur dresse un portrait de la décennie des années 2000 autour de trois personnages emblématiques : Karlheinz Brandenburg ingénieur allemand créateur du mp3, Dell Glover, ouvrier dans une usine de pressage aux Etats Unis et Doug Morris, patron de Warner puis d’Universal music. Fascinant !

41it1fbrosl-1

Dès les premières pages, ce livre plonge le lecteur dans une intrigue passionnante, les chapitres s’articulant autour des personnages clés dans l’histoire de l’industrie de la musique et de la piraterie de musique de ces trente dernières années. Cela commence par les efforts répétés mais vain de Karlheinz Brandenburg pour sensibiliser les majors auformat de compression audio MP3 que son équipe de vient de mettre au point. Dans l’industrie du disque du début des 90 ‘s, personne ne veutvoir le potentiel révolutionnaire et explosif de cette technique de compression du son facile à utiliser, rapide et accessible à n’importe quel personne équipée d’un ordinateur et d’u lecteur CD.
L’histoire nous amène éensuite autour de deux ouvriers, apparemment sans importance, qui travaillent à l’usine de fabrication de disques compacts de PolyGram en Caroline du Nord . James Glover est « gaveur » sur une chaine. Il porte des gants chirurgicaux et assemble les disques avec leurs autocollants. Anthony Dockery est lui « cartonneur ». A l’autre bout de la chaine prend les disques sous film plastique et les empile dans des cartons prêts à être expédiés aux quatre coins du monde. Malgré les apparences, ces deux là ont beaucoup de chose à partager. Ils aiment la même musique et surtout ce sont tous les deux férus d’informatique. C’est de cette usine que ces deux « geek » feront « fuiter » tous les plus gros disques des années 2000 d’Eminem, à 50 cents, Jay-Z, Björk, non pas pour gagner de l’argent, mais pour se faire mousser dans leur vie parallèle sur internet. Le phénomène sera développé et amplifié par des sites comme Napster, eMule, MeagaUpload, Oink ou Soulseek ce qui permettra aux internautes d’accéder à des centaines de millions de chansons. Ayu fil des mois, les internautes découvrent des centaines de milliers d’artistes qui existent en dehors de la « musique officielle » que présente l’industrie musicale, tel le rock iranien et cambodgien des 1970’s, le funk rock africain des 80’s, ainsi que des artistes oubliés telle la chanteuse de blues gospel Sister Rosetta Tharpe.
Un chapitre plus loin, nous nous retrouvons dans la confidence d’échanges privés entre le nouveau directeur général de Warner Music et ses collègues des majors du disques. On découvre que les majors du disque préféreront poursuivre en justice les internautes et financer des alternatives sans lendemains qui ont achevé de démonétiser la musique. Une fois de plus, les maisons de disques n’auront pas compris l’intérêt du streaming, c’est à dire l’écoute de la musique sans téléchargement. Au milieu des années 2000, Spotify, Deezer et Youtube prennet le pouvoir sur le major, héritières d’entreprises nées au début du XXème siècle. Les « tuyaux » ont pris le pouvoir sur les artistes et leurs producteurs.
On dévore ce livre d’une traite les yeux écarquillés pris par le récit de cette incroyable histoire. L’épilogue, assez surprenant, est un happy end qui provoque un fort sentiment d’émotion. Fortement recommandé.
Jean Christophe Mary

Broché: 288 pages
Editeur : Le castor astral (3 novembre 2016)
Collection : Castor Music


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *