« La décennie radicale » d’André Derain : Du fauvisme à la Nouvelle Objectivité, pas à pas, au Centre Pompidou

6 octobre 2017 Par
Yaël Hirsch
| 0 commentaires

Alors qu’il n’y avait pas eu de grande rétrospective dédiée à André Derain depuis 1994 à Paris et qu’il partage l’affiche jusqu’au 29 octobre avec Balthus et Giacometti au Musée d’Art Moderne, le Centre Pompidou expose plus de 70 toiles du maître dans une exposition qui se concentre sur sa « décennie radicale » (1904-1914), celle où il a été fauve avec Matisse et Vlaminck, cubiste avec Picasso et Braque et où il est revenu vers un réalisme magique assez proche de la Nouvelle Objectivité Allemande.

On laisse de côté les 40 (!) dernières années de vie de l’artiste, avec l’Entre-deux-Guerres entre décors de théâtre et illustrations et la collaboration de la Seconde Guerre. Et l’on découvre sans jamais vraiment percer son mystère un génial touche-à-tout, qui n’a pas seulement suivi les courants et les médias de son temps mais les a embrassés et sublimés. A voir en galerie 2, jusqu’au 28 janvier 2018.