Invitation à découvrir « un autre Renoir » au musée d’art moderne de Troyes jusqu’au 17 septembre 2017

23 août 2017 Par
Magali Sautreuil
| 0 commentaires

Près de 50 ans après l’exposition « Renoir et ses amis » (1969), le musée d’art moderne de la ville de Troyes lui en consacre une nouvelle, du 17 juin au 17 septembre 2017. Intitulée « Un autre Renoir », cette dernière nous invite à porter un regard nouveau sur son œuvre, à l’occasion de l’ouverture au public de sa maison familiale d’Essoyes, le 3 juin dernier. Mais quels secrets cette figure majeure du XIXème et du XXème siècles a-t-elle encore à nous livrer ?

Afin de nous révéler certains aspects méconnus de la carrière de l’artiste, les équipes du musée d’art moderne de Troyes se sont d’abord interrogés sur ce que l’on connaissait de lui et qui avait déjà été largement traité à d’autres occasions. Puis, elles se sont demandées ce qu’elles aimeraient encore découvrir chez Renoir, d’où leur volonté de mettre en avant sa période sculptée (1913-1917), l’importance de ses natures mortes dans l’évolution de peinture, ainsi que celle d’Essoyes, le village natal de sa femme, Aline Charigot, et de bien d’autres personnes qui lui sont chères…

Réalisée en partenariat avec les musées d’Orsay et de l’Orangerie, l’exposition présente, sur près de 400 m2, une cinquantaine d’œuvres, issue majoritairement des collections publiques françaises, dont une quarantaine de la main de Renoir.

Ces dernières sont réparties dans cinq sections différentes, suivant un parcours thématique aux couleurs éclatantes, qui, comme la palette du peintre, s’éclaircissent et gagnent en luminosité au fur et à mesure de la progression du visiteur.

La première et la dernière salle interrogent notre perception de l’artiste. Le début de l’exposition nous invite à déconstruire le mythe qui s’est construit autour de lui, en partant du constat que l’on a souvent l’image d’un Renoir vieux, barbu, voûté, malade alors que, paradoxalement, on connaît davantage ses œuvres de jeunesse et sa période impressionniste.

mailol

Buste de Renoir par Maillol (1906-1907), Cagnes-sur-Mer, musée Renoir

La fin du parcours, quant à elle, nous propose une relecture de l’œuvre de l’artiste, à travers le regard de deux artistes importants du XXème siècle : Henri Matisse et Pablo Picasso. Ce dernier partageait avec Renoir des connaissances communes : le marchand Ambroise Vollard et les Stein, de grands collectionneurs américains. Il comptait dans sa collection personnelle sept de ses œuvres, mais n’a jamais osé l’aborder, alors que, contrairement à l’idée reçue, Renoir était constamment entouré de jeunes artistes. Par contre, Matisse et Renoir ont été en contact direct. Les deux hommes, qui ont déjà une longue carrière derrière eux, se rencontrent pour la première fois le 31 décembre 1917 et sympathisent. Dans cette ultime salle, Matisse et Picasso nous livrent leur vision de Renoir, un en connaissance de cause, l’autre, tel qu’il se l’ait imaginé…

Les trois autres sections de l’exposition, qui en constituent le cœur, forment un ensemble cohérent. La première redonne à la nature morte ses lettres de noblesse dans la peinture de Renoir : C’est avec ce genre que l’artiste s’est révélé le plus créatif et le plus expérimental dans ses coloris et ses compositions.

bouquet

« Bouquet de narcisses et de roses » de Renoir, Paris, Petit Palais

Ces natures mortes permettent d’aborder un lieu cher au cœur de Renoir, tout comme ses occupants : il s’agit, bien entendu, de la commune d’Essoyes, auquel les deux salles suivantes sont consacrées. Ce modeste village de Champagne a énormément influencé Renoir dans sa manière de peintre, notamment en ce qui concerne la représentation de la femme dans le paysage, qui tend à être de plus en plus idéalisée. Source d’inspiration, Essoyes lui a également permis de renouveler ses thématiques, en s’intéressant plus particulièrement à la femme au travail et en s’essayant à un genre nouveau : les scènes costumées.

Si la troisième salle est consacrée aux deux grandes femmes de sa vie, Aline Charigot, son épouse, et Gabrielle Renard, la nourrice de Jean, mais aussi son assistante personnelle et modèle préféré, la suivante s’attache à repositionner Essoyes dans l’histoire de Renoir, autour de la question centrale de la figure féminine dans le paysage. À Essoyes, Renoir découvre la femme au travail, notamment les lavandières, qui donneront naissance au thème des baigneuses, un joli prétexte pour représenter des nus féminins, dans des paysages de plus en plus intemporels, qui aboutiront à la figure de Vénus dans les années 1910.

laveuse

« La grande laveuse » de Renoir (1917), Paris, musée d’Orsay

Si vous pensiez tout savoir de Renoir, vous découvrirez avec cette exposition qu’il n’en est rien. Trop souvent cet artiste, qui vécut à la charnière de deux siècles totalement différents, est réduit aux quelques tableaux qui furent sa renommée. « Un autre Renoir » vous surprendra par la diversité des œuvres exposées et vous révélera d’autres facettes de ce grand homme, tout au long d’un parcours thématique cohérent

Informations pratiques :

Titre : « Un autre Renoir »

Genre : Exposition « monographique » orientée « Beaux-arts » / « Arts de la fin du XIXème/XIXème siècle »

Commissariat d’exposition : Daphné Castano, conservatrice au musée d’art moderne de Troyes, et Paul Perrin, conservateur au musée d’Orsay

Lieu : Musée d’art moderne de Troyes – 14 place Saint-Pierre – 10000 Troyes

Dates et horaires : Du 17 juin au 17 septembre 2017, du mardi au dimanche, de 10h à 13h et de 14h à 18h

Tarifs : 5.5 € pour les individuels / 3 € pour les groupes à partir de 12 personnes / Gratuité pour les moins de 25 ans et sous certaines autres conditions sur présentation d’un justificatif / Possibilité de billet couplé « Renoir » « Troyes – Essoyes »