Le Time Magazine désigne les femmes qui ont « brisé le silence », comme personnalité de l’année

7 décembre 2017 Par
Stacie Arena
| 0 commentaires

Mercredi 7 décembre, le Time Magazine a publié sa couverture mettant à l’honneur la personnalité de l’année, et cette fois ce n’est pas une, mais plusieurs milliers de femmes mises à l’honneur après la dénonciation massive des agressions sexuelles commises par Harvey Weinstein, et le fameux hashtag #metoo. 

Vêtues de noir de la tête aux pieds, les six femmes photographiées en couverture du Time Magazine sont accompagnées de la légende « The voices that launched a movement », en français « les voix qui ont soulevé un mouvement », faisant écho aux milliers de femmes ayant porté plainte contre le producteur hollywoodien.

L’une d’entre elles n’a pas de visage mais on devine sa présence, faisant écho à toutes les anonymes impliquées dans le scandale sexuel. Le magazine hebdomadaire n’hésite pas à qualifier cette révolte survenue au mois d’octobre dernier, « d’un des changements les plus rapides notre culture depuis les années 1960 ». 

metoo-2859980_960_720

Dans les colonnes du Time, les mots du rédacteur en chef Edward Felsenthal, ont eux aussi de quoi marquer les esprits. «Pour avoir donné une voix à des secrets de Polichinelle, pour être passés du réseau des chuchotements aux réseaux sociaux, pour nous avoir tous poussés à arrêter d’accepter l’inacceptable, les briseurs de silence sont la personnalité de l’année » a t-il déclaré dans l’édito du magazine sorti aujourd’hui.

Nous y retrouvons une quinzaine de témoignages poignants relatant les souvenirs d’une soirée passée en Enfer, y compris pour l’acteur Terry Crews, le seul homme ayant accepté de se livrer sur l’agression qu’il a subi sous les yeux de sa femme.

À l’heure où le Time Magazine met en lumière ces femmes de l’ombre dans une couverture légendaire, sort tout juste une enquête menée par le New-York Times dans laquelle une trentaine de journalistes dévoilent de multiples complicités douteuses avec les médias du monde entier.

Harvey Weinstein aurait bénéficié d’une immunité au sein de l’industrie du cinéma, qui lui aurait permis d’abuser de ses jeunes comédiennes à l’abri du scandal. Une enquête est en cours à la police de New-York.

Visuels : ©Wikimedia Commons, ©Pixabay