Le plus jeune résistant de France, Jean-Raphaël Hirsch est mort

13 septembre 2016 Par Amelie Blaustein Niddam | 0 commentaires

Jean-Raphaël Hirsch est mort. Il avait 83 ans et s’est éteint d’une longue maladie le samedi 10 septembre dans la soirée. C’est une mémoire qui disparaît, celle des enfants cachés, de la résistance et celle de la médecine dans ce qu’elle avait de plus social.

Jean-Raphaël Hirsch naît à Paris en 1933, surnommé « Nano », il est le fils du chirurgien Sigismond Hirsch dit « Djigo » rescapé de Birkenau et de Berthe Hirsch, gazée en ce même lieu en novembre 1943. Pour survire, le jeune Jean-Raphäel vit caché à Moissac. Il devient agent de liaison, il permet à 400 enfants planqués dans les fermes de la région de rester en vie. Cette mission, qui fut pour lui une évidence, lui valut le titre de « plus jeune résistant de France ». D’autres titres viendront. Il fut notamment Officier de la Légion d’Honneur et Commandeur dans l’Ordre National du Mérite.

Jean-Raphaël a raconté sa vie, et celle de son père dans un livre magistral, qu’il faut lire absolument  : Reveille toi papa c’est fini, publié chez Albin Michel et qui reçu le prix Wizo 2015.

Il écrivait alors : « Plus tard en réaction, je l’avoue, j’ai eu envie moi aussi de faire « le matamore », de faire des études, des concours d’en faire toujours plus, de gagner beaucoup d’argent, de construire des maisons à ma manière, des hôpitaux, d’épater le bourgeois, de m’afficher avec de belles filles ou de parader avec des voitures de sport. Vaines et prétentieuses réactions, ce dont j’étais parfaitement conscient ». (p. 580) ».

Il fut un grand chirurgien qui a révolutionné la médecine française. Marqué par ces années de résistance, il était convaincu d’une nécessaire égalité face à la médecine, sans condition de ressource.  Il a pour cela participé à la création de dispensaires (dont le Cosem) permettant à tous d’être soignés.  Conscient de la nécessité d’une transmission précise de l’histoire et de la mémoire de la Shoah, il fut le président du Comité français pour Yad Vashem.

Jean-Raphäel Hirsch était un passionné d’art. Il n’a jamais cessé de collectionner les tableaux et de parcourir les foires. Fou de culture, il fut au commencement le mécène de Toute La Culture, permettant à ses enfants, Jonathan, Michaël et Yaël de créer ce média aujourd’hui vivant et pérenne.

La rédaction du journal souhaite transmettre ses condoléances à Anne, son épouse, à Jonathan et Mickaël, ses fils et à Yaël, sa fille, notre consœur et amie, directrice de publication de Toute La Culture.

L’enterrement est ouvert à tous, il aura lieu mercredi 14 septembre à 11H au cimetière du Montparnasse. Ni fleurs ni couronnes.

Visuel : DR


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laissez un commentaire: