Beauté
Adriel Concept : notre concept c’est le bien être

Adriel Concept : notre concept c’est le bien être

09 avril 2013 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Adriel Concept est une jeune boite qui a du talent. Son but est de devenir la pionnière du Relooking Renew, et de lancer  la femme Adriel, distinguée et chic à l’image mythique des parisiennes, une beauté qui est tout sauf superficielle, en accord avec son bien-être, une mise en valeur du potentiel beauté de chacun et un apprentissage à capter son propre potentiel. Rencontre avec la fondatrice, Deborah. 

Qui est Adriel ?

Adriel c’est moi.

Vous vous appelez Adriel ?

Je ne m’appelle pas Adriel, je m’appelle Déborah mais tout le monde commence à m’appeler Adriel  ! Le nom complet est Adriel Concept. Le mot « Adriel » signifie construction dans une langue amérindienne. Pour nous il s’agit de construire : un look, un gout vestimentaire, une beauté, dans une cohérence guidée par le bien être.

Quel est le concept d’Adriel ?

Le bien-être. Le cœur de notre métier est le relooking, c’est du conseil en image, c’est aussi du coaching. Cela va être rattaché à une gamme complète  fondée sur de solides expertises. On va pouvoir gérer la direction artistique d’un shooting privé, d’un mariage ou de tous les métiers rattachés à la mode, à la beauté et à l’image

Qui relookez vous ?

J’ai une clientèle diversifiée. On est en train de mettre en place un forfait pour nos clientes qui viennent de Londres. Par exemple, il y a des produits beauté et cosmétiques qu’on ne retrouve pas à Londres. Il y a aussi des concepts de spas typiques à Paris.

Qu’est ce que vos clients vous demandent ?

L’attente est celle d’un conseil pratique et efficace. On a aussi des demandes pour des événements comme des fêtes, un anniversaire, un enterrement de vie de jeune fille ou par exemple, un rendez vous amoureux, dans ce cas, on va proposer un spa à deux, un dîner dans un endroit merveilleux. Adriel Concept c’est de la mode, de la beauté, de l’image…à Paris.

Quel est votre relation aux émissions de télé-réalités ?

Aucune, mais c’est vrai qu’on m’en parle beaucoup. Mais rapidement mes clientes comprennent que ce n’est pas la même chose, qu’il ne s’agit pas d’un relooking superficiel. On ne va pas proposer à quelqu’un de se colorer les cheveux si la nécessité n’est pas là. Ce que l’on veut  c’est être en cohérence avec la femme Adriel : élégante, qui est dans la vérité de sa beauté.

En quoi êtes vous innovants ?

Notre force réside aussi, justement dans notre capacité d’innovation. Nous proposons des ateliers croquis et Make yourself a beauty as a cartoon babe, un spa Beauté et soin au SaoSpa, Les yeux d’Adriel qui est un cours de maquillage, Les cheveux d’Adriel  où l’on ne s’occupe que de faire de beaux cheveux. Quoi encore ? Un atelier Sublimez-vous où vous choisissez votre parfum parmi les plus pures fragrances, des journées dans des hotels où l’on vous chouchoute : les B Beauty At the Hotel

Que pensez-vous du bio ?

J’adore le bio, c’est en plein boom. Mais il faut faire attention à ce qu’il n’y ait pas une dérive constante du bio. Je ne fonce pas dedans la tête baissée. Ce n’est pas parce qu’une crème est bio qu’elle va être efficace.  J’offre aussi des conseils où le produit n’est pas le premier acteur de la beauté. La beauté c’est quelque chose de complexe, c’est long de s’intéresser à la bonne crème, nous accélérons ce processus en apportant  un apprentissage.

Si je comprends bien vous ne faites pas des relookings uniquement physiques ?

Le nom complet, c’est adriel concept makover. C’est un apprentissage. Nous voulons être francs par rapports aux conseils et aux produits qui seront efficaces dans un cas et pas dans l’autre. On fait aussi des fashions look, une fois que la personne a fini son programme, on fait une séance photo que l’on livre au client.

Quels sont les demandes les plus extravagantes que vos clientes aient pu vous demander ?

Alors, ce sont des clientes mais aussi des clients qui ont besoin de poser leur discours par exemple. Le makeover c’est aussi être totalement flexibles. On peut tout organiser au niveau du relooking et de la surprise  Une fois on a fait venir du champagne en gants blancs sur place de Furstenberg à Saint Germain des Prés. Cela venait ponctuer une soirée que nous avions organiser dans un restaurant gastronomique.

Pourriez vous dire qu’Adriel concept est l’agence du bon sens ?

Exactement, c’est un mot que j’aime beaucoup.Le bon sens, cela se travaille !

Avez vous un conseil beauté à nous donner ?

Par exemple , je peux vous conseiller de vous brosser les cheveux avec une grosse brosse, la tête baissée, finir par un peigne et ensuite appliquer un produit hydratant un jour sur deux, sinon, c’est la fête au sébum !

Pourriez vous nous conseiller un lieu totalement parisien ?

On a un lieu qui est notre QG, c’est L’hôtel, 13 rue des Beaux-arts, c’est un hôtel qui est inclassable. Il a  une valeur historique, c’est une ancienne garçonnières de la reine Margaux. Il y a un  spa très élégant et un restaurant étoilé, et pourtant , le lieu reste simple et pur.

Vous pouvez retrouver Adriel Concept sur Facebook, sur Twitter.

Maggie Cassidy et Tristessa de Jack Kerouac, sur la route de l’amour…
Le critique de cinéma américain Roger Ebert est mort
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture