Théâtre
Une adaptation fine et belle de Mlle Julie au Girandole

Une adaptation fine et belle de Mlle Julie au Girandole

26 février 2020 | PAR David Rofé-Sarfati

Il y a depuis longtemps une lecture allégorique, convenue, bourgeoise et conformiste de la pièce de Strindberg. A la Girandole de Montreuil, un miracle a lieu. L’âme authentique de Mademoiselle Julie voit le jour au sein d’un spectacle magnifique. 

Strindberg auteur naturaliste était admiré par la classe ouvrière. Il reniera toutefois très vite le socialisme pour découvrir Nietzsche avec qui il correspond jusque pendant la folie de ce dernier. L’écrivain suédois explore un naturalisme qui pourchasse l’individuel plutôt que le collectif, l’ipséité plutôt que la simpliste explication sociologique. La presse encore aujourd’hui applaudit à raison au geste de deux femmes, Moni Grégo et Roxane Borgna, se précipitant sur la critique pavlovienne du patriarcat et l’apologie de l’émancipation de la femme. Mais le propos est ailleurs. Se sourçant à l’origine du texte,  les deux artistes s’occupent du sui generis de Mademoiselle Julie. Enfin, enfin, enfin! Mademoiselle Julie devient une personne singulière à la biographie unique, un Homme comme un autre; sa folie se découvre attachante et édifiante.

Au plateau, deux hommes et une femme. Acteurs chanteurs danseurs vidéastes, ils créent un univers, celui de l’alcôve au sein de laquelle se déroule le drame de Jean et de Julie; histoire tragique. Une histoire d’identité, d’amour, de perte et de mort. L’histoire d’une rencontre entre une femme à fleur de peau et un homme dont la raison parle avant le cœur. Les deux êtres sensibles, sensuels cherchent à s’émanciper de leur histoire familiale et sociale. Les émotions débordent, les symptômes suintent, les délires colonisent l’espace. Seulement éclairée pas une vidéo projetée en fond de scène, la pièce devient un huis clos immersif, dont nous savons que ni nous ni les deux amants n’en sortirons indemnes. Une danse de mort, un voyage vers notre nuit intérieure, vers notre intime indicible.

Le drame naturaliste devient un drame psychique. Il consiste en une plongée en profondeur au cœur de l’âme pour comprendre ce qui le constitue. Roxane Borgna est admirable, elle restitue l’ensemble du parcours psychanalytique. Strindberg a eu l’intuition que Mademoiselle Jullie se constitue en un sujet morcelé revendiquant un désir erratique et brouillon qui lui échappe. Elle est, à l’instar de son désir, déstructurée. La comédienne embrasse tout, elle restitue au plus juste le corps et la voix de cette femme désemparée par sa quête d’elle même et donc de son désir, et en même temps bousculée par ce même désir. Un feu qui l’entame et  se soustrait sans cesse laissant place à une femme galvanisée et gouvernée par sa jouissance. Nous sommes au coeur de son moi, un moi instinctuel, enfantin, un moi qui souffre, produit d’une histoire familiale tragique.

La mise en scène enchaine les motifs, à chaque fois de grande beauté. Notons enfin que Jacques Descorde (Jean), soutient la puissance de la pièce de bout en bout.

Le public est captivé. Cette adaptation brillante de Strindberg nous interdit de la rater. 

 

Mle Julie
Meurtre d’âme
de Moni Grégo
d’après Mademoiselle Julie d’August Strindberg
Mise en scène Roxane Borgna
Avec Jacques DescordeRoxane BorgnaLaurent Rojol
 
Du 20 Février au 6 Mars 2020
Lundi Jeudi Vendredi 20/21/24/27/28 février, 02/05/06 mars 20h30. Dimanche 23/02, 01/03 17h. Mardi 25/02, 03/03 14h30.
 
Droits photo Sylvie Veyrunes
« Pelléas et Mélisande », de Julie Duclos : le quotidien sans le tragique
Archives de la Seconde Guerre mondiale : entre ouverture et restrictions de fait
David Rofé-Sarfati
David Rofé-Sarfati est Psychanalyste, membre praticien d'Espace Analytique. Il se passionne pour le théâtre et anime un collectif de psychanalystes autour de l'art dramatique www.LautreScene.org. Il est membre de l'APCTMD, association de la Critique, collège Théâtre.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *