Théâtre

Un Dom Juan pour aujourd’hui au TNP Villeurbanne.

Un Dom Juan pour aujourd’hui au TNP Villeurbanne.

20 novembre 2019 | PAR David Rofé-Sarfati

Olivier Maurin, en résidence au Théâtre National Populaire, s’attaque pour la première fois à un texte classique. Il injecte au Dom Juan de Molière une modernité servie avec une grande dextérité par les comédiens.

L’histoire est connue. N’écoutant que son plaisir Dom Juan enchaîne les conquêtes. Ses victimes deviennent des jouets de sa rhétorique de séducteur. Son serviteur Sganarelle, faussement loyal  s’inquiète de l’amoralité de son maître et voudrait l’extraire de sa pente dangereuse tandis que son père renonce par amour à le bannir. Rien ne semble sauver Dom Juan de la récidive. Prisonnier de son principe de plaisir massif et exclusif il ne se dépasse que dans un au-delà de ce principe de plaisir que par une répétition compulsive aussi enivrante que mortifère.

Chez Molière qui à l’époque emprunte beaucoup au théâtre espagnol, Dom Juan à l’origine rustre devient un débauché éclairé et cultivé. Il forme avec Sganarelle un duo édifiant. L’intuition de Olivier Maurin repère dans la pièce de 1665 un propos pour notre époque. Le libertin se brûle dans la quête d’un individualisme qui percute l’ordre religieux et s’accommode mal avec l’égalité homme-femme. La pièce se situe à la pliure entre l’archaïque patriarcat religieux, la religion politique et le mouvement #metoo. Elle renvoie par ailleurs au vide des destins contrariés par l’ordre moral autant qu’aux ténèbres des vies broyées par les pères et les boutiquiers de la foi. De cette équation, Dom Juan pratique un jusqu’au-boutisme funeste.

Premier acte, la troupe passe devant nous pour nous saluer, certainement en clin d’œil à l’Illustre Théâtre de Molière. Le plateau se vide. Il est simplifié:  douze chaises et un tourne-disque; au fond une toile peinte d’un ciel. Sganarelle lance son monologue d’apologie du tabac face public. L’ensemble du premier acte se jouera ainsi, en adresse au public, la salle éclairée pleins feux. Olivier Maurin nous recrutera tout au long des cinq actes dans un geste joyeux de théâtre. Et dans ce qui s’apparente à un tribunal qui doit juger Dom Juan. Le procès est encadré par le Ciel et le public. Nous restons complices de Dom Juan, de Sganarelle mais aussi leurs procureurs. Dans la scène de l’église, la scénographie ira jusqu’à nous positionner à l’endroit de l’autel. 

Arthur Fourcade (Dom Juan) et Mickael Pinelli Ancelin (Sganarelle) impressionnent  dans leur composition équilibrée d’un duo désaccordé, et pourtant dans une harmonie admirable. Mickael Pinelli Ancelin (repéré dans un autre Sganarelle, celui du Misanthrope de Louise Vignaud) est un comédien rare, il passe chaque gag, chaque aphorisme tandis que Arthur Fourcade compose le rôle titre dans un faux semblant magnifique. Celui-là nous fait rire, celui-ci nous inquiète. Les deux comédiens donnent sens à l’énigme de l’appariement de leurs personnages. Sganarelle n’abandonnera jamais son maître et Dom Juan ne renvoie pas son serviteur donneur de leçon. Les talents des deux comédiens jamais n’empiètent l’un sur l’autre. Chacun des personnages a besoin de l’autre pour exister, pour se justifier au monde. Il y a de l’amour qui circule entre ces deux-là. C’est épatant. Le reste de la troupe défend le geste, mention spéciale pour Arthur Vandepoel qui assure dans le rôle de Pierrot. 

Dom Juan est une pièce longue, moralisatrice et anachronique. Olivier Maurin la métamorphose en une pièce drôle et enlevée, édifiante et actuelle. Il aura pu compter sur le talent immense d’un fantastique Sganarelle et d’un solide Dom Juan, et sur l’implication acceptée d’un public qui ne cesse de rire. 

 

Dom Juan de Molière mise en scène par Olivier Maurin, du 13 Novembre au 7 Décembre au Théâtre National Populaire de Villeurbanne. A 2àH30, durée 2H00. 

lien de réservation

Crédit Photos © Michel Cavalca

Infos pratiques

Théâtre Sainte-Marie d’En-Bas-Compagnie Diden Berramdame
Le théâtre des Clochards Célestes
tnp_theatre_national_populaire

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *