Théâtre

SPECULUM à la Manufacture des Abbesses, loufoque et  précieux

SPECULUM à la Manufacture des Abbesses, loufoque et précieux

08 janvier 2019 | PAR David Rofé-Sarfati

Lorsque quatre femmes trentenaires décident de discuter entre elles  de sujets « féminins », leurs échanges passent du coq à l’âne et  s’emballent sans se  départir jamais d’une curiosité joyeuse. De ce joyeux désordre est née un spectacle à trois comédiennes : SPECULUM présenté à la Manufacture des Abbesse, une pièce abracadabrante et sacrément édifiante.

 

C’est dans l’air du temps. Notre époque qui milite avec force pour l’égalité des sexes s’interroge désormais sur l’histoire et les raisons de l’injustice faite aux femmes. À cette marche vertueuse apparaît à l’horizon la question de la singularité de la femme et de ce que cette singularité biologique oblige elle aussi non à une égalité stricte de traitement, mais à une nouvelle vision à inventer, une vision débarrassée du patriarcat.  Puisqu’être une femme, c’est avoir un uterus, comment doit-on envisager, par exemple,  un acte de gynécologue nettoyé des réflexes masculins ? Par extension comment le féminisme modifie-t-il notre rapport au corps réel des femmes, ce corps médicalisé et manipulé par une médecine historiquement imaginée par des hommes ?

La pièce tente sans y parvenir tant l’entreprise est gigantesque de tenir inventaire des comportements à dénoncer, à proscrire, à amender. Elle veut rédiger dans un geste théâtral et sur le ridicule et le scandaleux de notre présent un manifeste d’une future gynécologie. Les trois personnages incarnés par Delphine Biard, Flore Grimaud et Caroline Sahuquet (repérée pour la pièce Matthieu(x) ) sont gaiement submergées par la multiplicité des sujets, la somme des impasses de pensées,  des convenances,  des conjectures  et de nos défenses psychiques. La mise en scène restitue admirablement le débordement. 

Les trois comédiennes ont choisi de coller à la réalité. Elles convoquent Benoît Groult ou Israël Nisan le célèbre gynécologue. Leur travail d’enquête aborde les grossesses, les fausses couches, le distilbène, les avortements clandestins. À chaque fois, la force du geste s’alimente d’une écriture faussement désordonnée, d’un naturalisme journalistique et surtout d’un jeu dynamique. Le récit de l’invention du spéculum est autant effrayant qu’hilarant.

La pièce ressemble à une longue improvisation bricolée, cependant que  le texte révèle par une finesse d’analyse une inventive mise à distance des thèmes abordés dans une nouvelle grammaire de l’humour. La salle  est  emportée par une farandole de mots et par une mise en scène joyeusement déstructurée, le précieux texte consolidant le tout. Une réussite à la hauteur du risque encouru. 

 

 

SPECULUM Du 2 janvier au 16 fevrier. Les mercredis, jeudis, vendredis et samedis à 19h.
La Manufacture des Abbesses

7 rue Véron

75018 Paris

Métro Abbesses ou Pigalle

01 42 33 42 03

Festival Femmes dans la ville – Cherbourg 5 mars 2019

Festival Les années Joué – Joué-les-Tours du 31 mai au 2 juin 2019

Infos pratiques

L’agenda des savoirs de janvier 2019
[Entretien] Alexandre Haslé, étirer l’interprétation de l’émotion au bouffon
David Rofé-Sarfati
David Rofé-Sarfati est Psychanalyste, membre praticien d'Espace Analytique. Il se passionne pour le théâtre et anime un collectif de psychanalystes autour de l'art dramatique www.LautreScene.org. Il est membre de l'APCTMD, association de la Critique, collège Théâtre.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *