Théâtre
Lucrèce Borgia de Victor Hugo à La Comédie Nation : haletant

Lucrèce Borgia de Victor Hugo à La Comédie Nation : haletant

07 janvier 2022 | PAR Eriksen

Joanna Flahault met en scène à la Comédie Nation Lucrèce Borgia de Victor Hugo. Raccourcie et vitaminée, la pièce en sort plus forte, et parfois plus drôle.

Il faudra le reconnaître un jour sauf si cette messe là n’est pas déjà dite:  la pièce Lucrèce Borgia de Victor Hugo est ennuyeuse ! Le romantisme sied mal au mythe et à l’art dramatique. La pièce qui  connue une adaptation en  Opéra par Donizzetti forme un diptyque avec Le Roi s’amuse connu pour avoir inspire Rigoletto de Verdi.  Les deux tragédies ont cela en commun : le grotesque.

A la tragédie hugolienne descriptive et foisonnante, Joanna Flahault choisi l’épitomé.  Nous voila captivés par l’histoire de cette femme qui brûle de se sortir de sa condition en prenant le pouvoir coûte que coûte, qui  n’hésite pas pour cela à trahir, tuer, mutiler et humilier qui l’en empêchera, et qui tombera à son tour dans un engrenage de violence sans fin.  Au théâtre on ne juge pas, on présente. Actuelle, la pièce interroge sur les faux semblants et les actes délétères en ce qu’ils appartiennent à des destins contrariés,  à des cataclysmes intimes cornéliens.  Lucrèce Borgia invite  à se questionner sur nos propres pratiques et à adopter une vision différente du monde.

La scénographie est dynamique, elle sert les comédiens investis ; les costumes sont formidables, ils assurent une merveilleuse déréalisation. L’expérience du spectateur, revendiquée par la metteuse en scène est celui du théâtre de la cruauté d’Antonin Artaud. Nous sommes saisis tout au long de l’intrigue d’un malaise porté et par le suspens et par le dilemme moral. 

Christophe Som, comédien à la forte présence et au talent sûr donne, assis sur le proscenium, le coup d’envoi à cette tragédie et à son univers en tension. Mariam Mestar est une Lucrèce Borgia mythique, un roc tandis qu’à ses cotés Tara Caillet ou encore Aymeric Thyvellier défendent des personnages tout en nuances et en ambiguïté. Laurent André interprète le fils de Lucrèce Borgia clown blanc d’un drame qui finira par l’anéantir. Un bravo appuyé à Elie Rofé qui dans une scène d’ivresse emporte les rires du public et le soulage un moment de la crispation dramatique. 

Ce Lucrèce Borgia est haletant. 

Les applaudissements sont soutenus

Lucréce Borgia, de Victor Hugo, adaptation de mise en scène Joanna Flahault, avec Mariam Mestar, Aymeric Thivellier, Tara Caillet, Laurent André, Elie Rofé, Christophe Som

Durée 1h20

Comédie nation, 77 rue de Montreuil, 75011 Paris 

Visuel DR

 

Agenda du week-end du 7 au 9 janvier
Les acteurs culturels dans l’indécision face aux annonces du gouvernement
Eriksen

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture