Théâtre
L’Histoire terrible mais inachevée de Norodom Sihanouk, roi du Cambodge, palpitante immersion

L’Histoire terrible mais inachevée de Norodom Sihanouk, roi du Cambodge, palpitante immersion

04 octobre 2013 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Toutelaculture n’a pas pu s’en empêcher. Il fallait retourner voir la première partie de L’Histoire terrible mais inachevée de Norodom Sihanouk, roi du Cambodge. Car si cette histoire de l’histoire est située dans le temps et dans l’espace, elle est surtout, un cours parfait sur l’exercice de l’État.

[rating=5]

C’est la grande Ariane Mnouckine qui a ouvert le bal dans un théâtre du Soleil repeint aux couleurs du Cambodge. C’est elle qui en 1985 a créé ce spectacle, et c’est dans une traduction fidèle de sa mise en scène que Georges Bigot et Delphine Cottu, ont réveillé cette « Histoire terrible mais inachevée de Norodom Sihanouk » interprétée en khmer par trente jeunes artistes cambodgiens de l’école des arts phare Ponleu Selpak.

La grammaire est celle d’Ariane Mnouckine. Le plateau est ingénieux, faussement vide, fait de lattes d’un bois précieux. Le long de la scène, les musiciens sont présents. Au fond un majestueux rideau de soie rouge rappelle les belles heures de Richard II, monté en 1981 où un pan de soie aux couleurs chatoyantes tombait brusquement des cintres.

L’histoire et l’idée grandiose, est d’entrer dans l’histoire du Cambodge par la figure du roi Norodom Sihanouk, joué ici par la dynamique San Marady. Dans un jeu proche du burlesque, les comédiens vont incarner la cour, les ambassades, le peuple, un monde entier. Ils sont une trentaine sur scène, offrant au spectateur un tourbillon incessant d’action.

Nous voici projetés entre 1955 et 1970, au cœur du récit d’une déchéance. On rencontre un prince adoré de ses sujets pour le quitter, juste après un coup d’état qui le destitue. Un homme devient un état entier, zone à abattre pour les américains tellement le Vietnam en est proche. Zone à adopter par les communistes chinois et russes pour asseoir leur position.

Ce roi extrêmement théâtral et attachant, à la taille petite comme l’est son pays, est perçu ici comme un David voulant combattre Goliath.

Que l’on connaisse ou nom l’histoire du Cambodge, ce voyage s’avère fascinant et haletant et parfois tremblant. Nous accédons aux secrets et aux complots, impuissants à alerter le roi sur ses erreurs. La seconde partie nous amènera aux années de pacte entre le Prince et les khmers rouges (1970-1979)…. A suivre…

3 au 26 octobre, mercredi, jeudi, vendredi 19h30 (1re ou 2e époque, en
alternance) :
3,9, 11, 17, 23 et 25 : 1ere époque
4, 10, 16, 18 et 24 : 2e époque
samedi (sauf samedi 26 octobre) 15h (1re époque) et 19h30 (2e
époque)
dimanche (et samedi 26 octobre) 13h (intégrale)
Durée de chaque époque : 3h30, entracte compris
Spectacle en khmer surtitré en français

Visuel : (c) Arnaud Lafontaine

Infos pratiques

Association Arsène
Studio Théâtre (STS)
theatre_de_la_cartoucherie

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *