Théâtre
Les Lectures illimitées ou l’autre état, au plus prés de Marguerite Duras

Les Lectures illimitées ou l’autre état, au plus prés de Marguerite Duras

07 mars 2022 | PAR David Rofé-Sarfati

Pour son Les Lectures illimitées ou l’autre état, Floriane Comméléran a transformé le plateau de théâtre en une chambre d’échos intime et explosive entre Duras et Musil, entre théâtre et littérature, entre les mots et les corps pour atteindre l’autre état : l’état extatique. On reste scotchés. 

Un plagiat nécessaire

Ecoutons Marguerite Duras :  « La lecture de l’Homme sans qualités de Robert Musil a laissé une plaie douloureuse dans ma vie et dans mon œuvre ». À partir de  cette douleur, elle déclenchera l’écriture de la pièce de théâtre Agatha. Dans Agatha, un frère et une sœur se retrouvent, quelque temps après la mort de leur mère, dans la villa de leur enfance avant de se quitter définitivement l’un (de) l’autre. Avant cette séparation, seulement prononcée, ils confrontent leurs souvenirs qui les ramènent à la naissance et la violence de leur amour. À l’époque ils lisaient Balzac, un peu, mais surtout un autre roman dont on devine être L’Homme sans qualités… 

La pièce raconte la rencontre de deux désormais adultes autour de leur passé commun, de leur ancien bonheur enfantin d’un amour gémellaire. Dans la chambre hallucinatoire de l’inceste, le frère et la sœur devenaient amants par le truchement de leur lecture commune du roman inachevé de Musil. En écho, Agathe et Ulrich, la sœur et le frère de Musil lisaient Martin Buber pour le plagier. Marguerite Duras dans Agatha plagiera Musil.

Les Lectures illimitées par le double

Les Lectures illimitées ou l’autre état est le résultat d’une condensation savante opérée par Floriane Comméléran. L’histoire d’amour et de doubles s’invente à partir de la fusion impossible de Agatha de Marguerite Duras et de L’Homme sans qualité de Robert Musil. La pièce se veut une ininterrompue lecture des deux œuvres, intriquées l’une à l’autre, dans un incessant balancement entre le semblable et le différent, entre l’individuation et la communion de sorte que le spectateur s’approche toujours un peu plus du centre de la pliure et de la douleur, au plus prés de l’ombilic de l’hallucination , hallucination de l’inceste autant que celle de l’amour. Sur le plateau tout est double. Les comédiens  admirables interprètent l’ambiguïté de leurs identités et de leurs identifications, parfois même la dissolution de leur existence. La pièce captivante se présente comme une épopée littéraire où les acteurs circulent entre les œuvres, nous saisissant la main, à l’image de la vie du lecteur en train de lire.

Le thème de l’amour irréalisable

La metteuse en scène Louise Vignaud, récemment, se saisissait dans une adaptation très réussie d’Agatha de la question de l’inceste et de la suppléance de la mère des deux enfants dans sa survenue.  Chez Floriane Comméléran, plus proche de Duras, on ne juge pas ; on cherche à rendre compte d’un amour qui ne peut se réaliser. Le plateau de théâtre se transforme en une chambre d’échos de ces plaintes sourdes ;  trois écritures parallèles s’entremêlent : l’écriture de Duras, l’écriture de Musil et l’écriture des acteurs. Nous sommes entraînés par la grâce des comédiens dans une danse des êtres et des mots. Au centre, la brûlure d’un amour impossible. Zacharie Lorent, India de Almeida, Jessie Chapuis, Romain Darrieu  se fondent dans les personnages. Par eux, nous cheminons entre les écueils des amours contraintes pour découvrir cet autre état que nous promet la metteuse en scène : l’extase. 

L’expérience de spectateur est littéraire, théâtrale, hypnotique, onirique, poétique et impitoyable. Une extase rare. 

 

 

Les Lectures illimitées ou l’autre état de Marguerite Duras, Robert Musil, mise en scène et adaptation Floriane Comméléran, avec Zacharie Lorent, India de Almeida, Jessie Chapuis, Romain Darrieu  

 

Crédit Photo ©Jean-Louis Fernandez

Des mots qui restent, le nouveau film de Nurith Aviv
Agenda culturel de la semaine du 7 mars
David Rofé-Sarfati
David Rofé-Sarfati est Psychanalyste, membre praticien d'Espace Analytique. Il se passionne pour le théâtre et anime un collectif de psychanalystes autour de l'art dramatique www.LautreScene.org. Il est membre de l'APCTMD, association de la Critique, collège Théâtre.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture