Théâtre

Le souvenir sans prétention d’ « Une petite fille privilégiée »

Le souvenir sans prétention d’ « Une petite fille privilégiée »

14 mars 2014 | PAR Marie Boscher

Dans le petit théâtre noir du Lucernaire, Magali Hélias interprète l’histoire de Francine Christophe, déportée quand elle était enfant avec sa mère, sur une mise en scène de Philippe Hotier.

[rating=3]

La guerre, Francine Christophe l’aura vécue dans la putrescence des camps de concentration. Du haut de ses 8 ans, alors que son père, officier, est fait prisonnier de guerre en Allemagne, elle est arrêtée avec sa mère en 1942 et déportée : Poitiers, Pithiviers, Beaune-la-Rolande, Drancy, … Son « crime » ? Être juive. Sa « chance » ? La convention de Genève qui octroie un « privilège » aux femmes et enfants de prisonniers de guerre qui sont maintenus à titre d’otages sur le territoire français. Et pourtant en 1944, nouveau départ, pour l’Est cette fois-ci, au camp de l’Étoile de Bergen-Belsen. Elle en sera libérée par les troupes soviétiques en 1945. Son expérience dans les camps de la mort aura fait de Francine Christophe un écrivain, pour que ses enfants, petits-enfants et arrières petits-enfants connaissent son histoire. Une petite fille privilégiée paraît en 1996, suivi de plusieurs ouvrages, recueils de nouvelles, poèmes ou romans qui rapportent son histoire.

une petite fille privilegieeAvec une robe du gris de la calotte des écoliers et une paire de souliers à boucle, Magali Hélias rappelle que sous cette chevelure argent est cachée à jamais une petite fille abimée par la guerre. La comédienne porte à elle seule la lourdeur et toute l’envergure émotionnelle du texte, à la seule force des mots et des expressions. Sur un tissu tâché de cendres et de boue, accompagnée d’un tabouret en bois, la petite fille privilégiée raconte les camps, les rares joies simples que seule l’innocence d’un enfant peut distinguer. Parfois, le récit est enrichi par des ambiances sonores et lumineuses qui nous confinent encore plus dans l’espace mémoriel de Francine Christophe.

Philippe Hottier pose ici une mise en scène sans vanité, à l’image de l’auteur et de la comédienne qui racontent avec pudeur et sincérité un drame qui concerne et choque toujours. L’horizontalité du récit n’altère pas sa dimension poignante. L’absence de prétention appuie le rôle de « passeuse » de mémoire de cette pièce qui a été jouée en 2009, à la demande de Nicole Rey lors des événements pour la Mémoire de la Déportation, présentée alors devant des centaines d’élèves de collèges et de lycées. Magali Hélias imagine « le point de vue artistique comme un accès à l’événement historique« . C’est là tout le rôle de cette pièce qui perpétue la volonté de mémoire de Francine Christophe.

Une petite fille privilégiée, de Francine Christophe. Mise en scène de Philippe Hottier, avec Magali Hélias. Du mardi au samedi à 18h30, 1h10.

Visuels : Affiche et photo officielles.

Infos pratiques

Odéon Théâtre de l’Europe
Les Gémeaux
theatre_du_lucernaire

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *