Théâtre
« Le Chat du Rabbin », une adaptation musicale de la BD à succès

« Le Chat du Rabbin », une adaptation musicale de la BD à succès

28 septembre 2022 | PAR La Rédaction

Pascal Neyron s’est pris au jeu d’adapter la BD Le Chat du Rabbin en spectacle musical, une comédie aussi drôle qu’agréable à écouter. Un pari osé qui réunit douze musiciens et quatre interprètes à la voix puissante.
Par Arielle Wilhelm*

Dans les rues du quartier juif d’Alger des années 1920, on aperçoit le chat du Rabbin, incarnation du rationalisme, devenu bavard et amoureux. Héros de la bande dessinée, le matou, est accusé d’avoir mangé le perroquet de la maison de ses maîtres. Il se retrouve doté de la parole, une aptitude qui lui permet enfin d’exprimer toutes ses interrogations mais qui l’empêche de communiquer avec celle qu’il porte dans son cœur, la fille du Rabbin, la belle Zlabya. On retrouve dans le spectacle un comique de situation qui prend le dessus sur la philosophie et le questionnement religieux même s’il est évident que la quête amoureuse du chat fait écho à notre propre questionnement dentitaire.

Une mise en scène du texte de Joann Sfar

La salle du théâtre de l’œuvre, peut-être trop étroite pour un spectacle d’une telle envergure, accueille Neïma Naouri, Sinan Bertrand, Richard Delestre et Jean- Michel Fournereau, quatre interprètes appelés à incarner les personnages profonds imaginés par le grand Joann Sfar. Si la BD n’est pas la forme la plus évidente à adapter au spectacle, la production réussit plutôt bien son pari. Muni des lyrics d’Oldelaf sur une musique de Matthieu Nichard, le spectacle réussit à personnifier les héros de la BD autrefois inanimés dans le monde de Sfar. La partition originale de Matthieu Nichard a souhaité convoquer des mémoires en traversant plusieurs styles musiaux. Quelle joie d’entendre petits et grands rire en chœur et de recevoir des applaudissements de la part de tous les publics !

Coup de cœur particulier pour Neïma Naouri, dont la ressemblance avec son personnage parfaitement incarné, Zlabya, est affolante. « C’est une BD qui existe depuis longtemps dans sa famille, et elle avait une grande appétence pour la découverte de ce rôle-là », a d’ailleurs fait remarqué Pascal Neyron. La tonalité dans sa voix fait ressentir son implication dans le spectacle. Elle traduit parfaitement en musique les états d’âme du personnage, et c’est un jeu de rôle qui en devient addictif. On veut notre dose supplémentaire de Neïma !

La dernière représentation du Chat du Rabbin à Paris a eu lieu le 25 septembre au théâtre de l’Œuvre et fera sa réapparition au théâtre de Saint-Omer le 2 décembre 2022 et à l’Abbeville le 28 février 2023. Informations pratiques : Du 9 au 25 septembre. Du mercredi au samedi à 20h, le dimanche à 17h Durée : 1h20. De 15 euros à 29 euros. 

*Cet article est le fruit d’un Atelier de Journalisme culturel enseigné par Yaël Hirsch et Melissa Chemam à l’EFJ en septembre 2022.  Pour en savoir plus sur Arielle Wilhelm, c’est ici.

visuel : affiche 

SKAM s’attaque au consentement (et pour nous, c’est un OUI)
Dans « Dossier V13 » Azzeddine Ahmed-Chaouch et Valentin Pasquier nous proposent Une immersion dans le procès des attentats Du 13 novembre 2015 à Paris
La Rédaction

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture
Registration