Théâtre

Le bonheur (n’est pas toujours drôle), ou l’ambitieuse plongée de Pierre Maillet dans l’univers de Rainer Werner Fassbinder

Le bonheur (n’est pas toujours drôle), ou l’ambitieuse plongée de Pierre Maillet dans l’univers de Rainer Werner Fassbinder

25 janvier 2019 | PAR Sarah Kellal

Au Théâtre d’Hérouville-CDN de Normandie, se tient jusqu’au 8 février le Festival Écritures Partagées Cette quatrième édition interroge « la question des minorités, de l’homosexualité et du SIDA, pour se remémorer les figures disparues ou simplement dénoncer le racisme, l’homophobie, la haine de l’autre. Un retour sur cette époque blessée des années 80, pour se pencher sur un des derniers exemples de révolte et de combat social mais aussi pour poser et réactiver la question de l’engagement aujourd’hui. »

Par Sarah Kellal

Le festival, qui fait la part belle aux écritures ancrées dans notre présent et nos réalités socio-politiques, est ponctué de lectures, de théâtre, de danse et de performances, entre autres… Dans ce cadre avait lieu le 21 janvier la première de Le bonheur (n’est pas toujours drôle), d’après trois mélodrames du prolifique et engagé cinéaste allemand Rainer Werner Fassbinder : Le droit du plus fort (1975), Maman Kusters s’en va au ciel (1975) et Tous les autres s’appellent Ali (1974). L’occasion pour Pierre Maillet de nous proposer une ode à Fassbinder et aux laissés pour compte d’hier et d’aujourd’hui. Ode ambitieuse, inégale par endroits, encore balbutiante parfois mais ne manquant pas d’éclat, de générosité, d’humour et d’émotion. Quelque chose se cherche encore : une harmonie, un équilibre ? Mais cette quête est aussi la force du spectacle, son leitmotiv.
Pendant que le public patiente avant d’entrer dans la salle, résonne dans le théâtre le tube « You’re My Heart, You’re My soul » du groupe allemand Modern Talking. Immersion immédiate dans les années 80’. Nous prenons place. Un immense rideau vert satiné tombe au milieu de la scène. Comment ne pas relever que le vert est la couleur traditionnellement proscrite sur scène au théâtre, censée porter malheur… Ici, il nous inonde, ce vert, il scintille. Supplanté d’un néon rose « LE BONHEUR » … Le ton est donné. Le malheur et le bonheur vont se frotter l’un à l’autre et se confondre durant ces 3h30 de spectacle.
Une troupe solide et complice de dix acteurs se partagent les nombreux rôles. Ça virevolte, ça se met tout nu, ça s’habille et se déshabille à vue, ça enfile des perruques… Une espèce de bazar s’installe ; En apparence léger mais dans lequel s’infiltrent en creux la cruauté et la gravité.
Nous plongeons d’abord dans Le droit du plus fort. Fox, jeune homosexuel prostitué un peu paumé, gagne à la loterie et tombe amoureux d’un bourgeois qui va profiter de son argent. Nous assistons à l’irrémédiable descente aux enfers de ce dernier. Amoureux naïf manipulé par la classe dominante, porté aux nues par son amant pour mieux être broyé et méprisé. Citons Arthur Amard, qui s’empare de ce rôle avec singularité : étonnant, étrange, bondissant, sa diction rapide et singulière, son visage lumineux et tragique à la fois lui confère une présence hypnotique. Face à lui, Simon Terrenoire joue Eugen, l’amant bourgeois. Excellent lui aussi, « ultra vivant », fantasque, virevoltant, tendre et cruel. Le duo est jubilatoire. Entre eux, Max, l’homme qui a trouvé Fox dans une pissotière, est incarné par Pierre Maillet lui-même. Diction reconnaissable entre mille, aisance et sens du rythme jubilatoires, générosité : un de nos très, très grands acteurs.
Les tableaux s’enchaînent, cartoonesques, rapides, puis plus lents et sombres. Nous sommes bringuebalés dans une alternance d’univers très marqués, de scènes collectives très théâtrales en tête à tête plus intimistes et ténus.
Dans Maman Kursters s’en va au ciel, on assiste à une autre forme de cruauté sociale. Herman Kursters, ouvrier, tue le fils de son patron avant de se suicider. Sa femme, jouée par la divine Marilu Marini, est déterminée à laver l’honneur de son mari, sali par la presse à scandale. Délaissée par ses enfants, elle  rencontre un couple de communistes décidé à l’y aider, et s’engage peu à peu au parti.
Marilu Marini est exceptionnelle. Immense actrice, libre, belle, puissante, elle semble jouer comme elle respire et irradie la scène et le texte de sens et de sensibilité. Elle possède la trempe des très grandes et chacun de ses mots percutent et émeuvent.
Puis le spectacle se termine avec Tous les autres s’appellent Ali. Ali, immigré marocain, rencontre une veuve allemande plus âgée que lui. Ils tombent amoureux et doivent faire face au racisme et au rejet de leur famille et de la société. C’est ici que les longueurs s’installent. Nous avons déjà tellement ingéré de matière que ce troisième volet est un peu indigeste. Malgré de belles scènes, certains acteurs s’essoufflent un peu. Le sujet est pourtant particulièrement intéressant et nous renvoie à des problématiques d’actualités.
Fassbinder disait : « Certains de mes films sont la cave, d’autres le salon, la chambre ou la cuisine mais j’espère qu’à la fin on aura une maison. » Pierre Maillet construit un objet encore un peu en chantier, un peu bringuebalant mais assurément vivant, dans lequel faire du théâtre ne signifie pas être constant et sage. En s’emparant de ces trois œuvres, il crée à son tour une fresque politico-sociale engagée qui résonne dans notre présent, plus que jamais… On pourrait lui reprocher de ne pas s’être contenté de moins, de ne pas avoir épuré et resserré son spectacle fleuve, mais la sincérité et la passion qui l’habitent, son admiration et son hommage sincères et passionnés à Fassbinder sont tels qu’ils insufflent à ce spectacle une beauté à part, sensible et cruellement drôle.

La pièce se jouera du 5 au 7 février prochain à la Comédie de Saint-Etienne.

 

Visuel : ©Tristan Jeanne-Vallès

« Training », les conditions de travail chorégraphique de Marion Lévy à Faits d’hiver
« Il Primo Omicido » : l’impact du fratricide et l’interdit de la représentation par Castellucci et Jacobs à l’Opéra Garnier
Sarah Kellal

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *