Théâtre
L’Asticot de Shakespeare à l’Athénée Louis Jouvet.

L’Asticot de Shakespeare à l’Athénée Louis Jouvet.

29 octobre 2016 | PAR David Rofé-Sarfati

Dans une sarabande « infernale, comique, tragique, musicale » et pas piquée des vers, Clémence Massart rencontre Hamlet, croise Baudelaire, Giono, Jankélévitch, Jean-Roger Caussimon et bien d’autres, réunis avec entrain et accordéon pour faire un pied de nez à la grande Camarde, pour faire couic et le grand saut, en se régalant de pissenlits mangés par la racine, et en se marrant à en mourir.

La mort est donc le thème de ce spectacle entre théâtre et music-hall. La justement très vivante et talentueuse Clémence Massart nous propose un parcours dans le thème sous forme de petits clips toujours très drôles. L’historique Clémence de Philippe Caubére et du théâtre du Soleil arrive sur scène en costume blanc à anneaux, fraise autour du cou, plumes sur la tête et chaussons roses aux pieds ; elle est un asticot, l’asticot qui finira par nous manger après notre mort.

Successivement roi, vieillard, paysan, prince, clown, Sarah Bernhardt, Sacha Guitry, la comédienne parle les mots de Shakespeare, de Giono, de Caubère, de Jankélévitch ou de Baudelaire.
Le texte est pauvre car le spectacle est une brillante performance d’acteur destinée aux enfants qui répondent présents et se tordent de rire. Les adultes accepteront que l’on moque Jankelevitch avec une curieuse prothèse de nez, qu’on ridiculise Sarah Bernard avec sa jambe de bois sonore, qu’à l’époque de Daech et après Toulouse, on réinvente encore un camp palestinien comme métaphore du crime. Clémence Massart est extraordinaire d’engagement et si elle vient d’une autre époque c’est malgré et pour cela qu’on lui pardonne tout. Et puis l’ombre bienveillante du mythique Philippe Caubére et puis ce théâtre de l’Athénée refait à neuf et splendide.

créé et interprété par Clémence Massart
mise en scène Philippe Caubère
textes Shakespeare, Baudelaire, Giono, Jankélévitch, Caubère, Caussimon, Joe Cunningham, Clémence Massart

Crédits Photos Michelle Laurent

Infos pratiques

Théâtre de la Ville
Le Festival de la Bd de Bastia
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *