Théâtre

L’amour, la mort, le feu: « Amor » joue avec nos yeux [Chalon Dans La Rue]

L’amour, la mort, le feu: « Amor » joue avec nos yeux [Chalon Dans La Rue]

23 juillet 2017 | PAR Mathieu Dochtermann

Beaucoup de danse, beaucoup de feu et énormément d’étincelles, un peu de théâtre, voici un couple qui brûle d’une passion dévorante, et les flammes de leurs transports ravissent les yeux des spectateurs de Chalon Dans La Rue. Amor, un spectacle pyrotechnique très beau, tout en élégance: la Compagnie Bilbobasso fait se rencontrer arts du spectacle et maîtrise du feu. A ne pas manquer.

[rating=4]

Le feu, métaphore universelle de l’amour-passion, celui qui consomme et qui dévore. Le feu, métaphore universelle de la destruction, des forces alchimiques qui nous impriment toujours comme une crainte primale, après des milliers d’années de domestication.

Il y avait presque comme une évidence à faire un spectacle pyrotechnique sur le couplé qui s’aime et le couplé qui se déchire. Et c’était génie que de deviner qu’il fallait le danser, sans prononcer la moindre parole, au milieu de flammes et des gerbes d’étincelles. Tango de feu, où le couple enlacé, les yeux dans les yeux, tourne et virevolte alors que les flammes caressent les chevilles et tentent de se joindre à l’étreinte.

C’est beau, rythmé, impressionnant, élégant.  Sans bavardages inutiles ni cérébralité mal à propos, les deux artistes donnent l’illusion – trompeuse – qu’il est facile de tutoyer ainsi les flammes. A y regarder de plus près, la concentration qui se lit dans leur regard aux moments clés dit toute la precision et la discipline qu’il faut pour réaliser ce mariage, le mariage du feu et de la danse.

Amor peut encore se voir une dernière fois, pour les festivaliers, le dimanche soir à 22h, pastille 67.

Amor – Une satire explosive de la vie conjugale from Bilbobasso.

De et par: Delphine Dartus et Hervé Perrin
Technique: Mathieu Dartus

Lindsey Buckingham et Christine McVie ravivent la flamme de Fleetwood Mac
Les pantins de chair dans l’enfer d’Emma Dante au Festival d’Avignon
Mathieu Dochtermann
Passionné de spectacle vivant, sous toutes ses formes, des théâtres de marionnettes en particulier, du cirque et des arts de la rue également, et du théâtre de comédiens encore, malgré tout. Pratique le clown, un peu, le conte, encore plus, le théâtre, toujours, le rire, souvent. Critère central d'un bon spectacle: celui qui émeut, qui touche la chose sensible au fond de la poitrine. Le reste, c'est du bavardage. Facebook: https://www.facebook.com/matdochtermann

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *