Théâtre

La Mousson d’été recoit l’auteur australien Tom Holloway avec une pièce d’exception

La Mousson d’été recoit l’auteur australien Tom Holloway avec une pièce d’exception

25 août 2019 | PAR David Rofé-Sarfati

Présenté une première fois lors du festival  Mise en Capsule en mai 2019, la pièce Ciel Rouge, Matin de l’australien Tom Holloway a enchanté son public lors de la Mousson d’été par une innovation littéraire et théâtrale radicales. Mais aussi par l’invention d’une tension  entre désespoir et cruauté.  

Dans une petite ville proche du désert australien, un père, une mère et leur fille ne se parlent plus. Les pudeurs et les désespoirs empêchent chaque mot de sortir, chaque affect de s’exprimer. Rien ne s’échange plus entre ces êtres, chacun reclus dans son désenchantement et ses déceptions. L’amour existe encore mais il a cessé de circuler. Véronique Bellegarde a choisi malicieusement de suppléer à  cet empêchement  par une mise en scène ouverte qui vient coloniser l’ensemble du lieu, plateau compris. Les trois  personnages vont ainsi déambuler autour de nous. Elle donne à la pièce une  oxygénation illusoire et l’intrigue mord un peu plus encore dans notre tourment.

La mère, le père et la fille  ne se parlent pas cependant que nous entendons leur monologue intérieur. Les pensées sont a ciel ouvert. Les ruminations mentales se répondent au loin, parfois se recouvrent, parfois aussi -c’est une richesse littéraire rare – se superposent dans une synchronicité au hasard des inconscients. Le résultat est unique, il est envoûtant, captivant et souvent à la limite du supportable. Jamais une pièce n’aura su saisir autant son public sur ce versant de l’angoisse intime. 

Ciel rouge, Matin embarque les personnages et le public entre réalité et fantasme, conscient et inconscient, entre les espoirs, les déceptions et les déchirements de chacun, et nous partageons l’expérience sensorielle de cette difficulté de communiquer. Quentin Baillot, Marie-Sohna Condé et Louise Guillaume défendent avec un immense talent et  durant une heure intense une pente qui accumule patiemment une énergie dramatique vers une fin à la Beckett. L’instant est exceptionnel.

 

Tom Holloway (Australie) : Ciel rouge. Matin 

Traduction Aurore Kahan
Lecture dirigée par Véronique Bellegarde,

avec Quentin Baillot, Marie-Sohna Condé, Louise Guillaume,

Musique : Philippe Thibault

Crédit Photos ©Eric Didym.

L’agenda culturel de la semaine du 26 août
« La soupe de pierres », le génial dîner de cons de Brisou-Pellen et Garrigue chez Didier Jeunesse
David Rofé-Sarfati
David Rofé-Sarfati est Psychanalyste, membre praticien d'Espace Analytique. Il se passionne pour le théâtre et anime un collectif de psychanalystes autour de l'art dramatique www.LautreScene.org. Il est membre de l'APCTMD, association de la Critique, collège Théâtre.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *