Théâtre

La convivialité ou la faute de l’orthographe, au théâtre Tristan Bernard

La convivialité ou la faute de l’orthographe, au théâtre Tristan Bernard

02 décembre 2019 | PAR Geraldine Elbaz
Un spectacle instructif, drôle et interactif qui invite le public à se poser les bonnes questions sur l’orthographe française.

 
On a tous appris à ne plus se demander pourquoi. 
Alors pourquoi?
Le ton est donné. Deux belges : Jérôme Piron, professeur de français et Arnaud Hoedt, professeur de religion catholique co-animent avec entrain et beaucoup d’humour cette conférence sur la langue française et son orthographe, dont ils tentent de bousculer les dogmes.
 
Ils nous le disent d’ailleurs eux-mêmes : cette conférence est un cours qui a mal tourné.
 
Avant de rentrer dans la salle, chaque spectateur est muni d’un papier et d’un crayon.
 
On démarre donc avec une dictée, clin d’oeil à Pivot, et on remarque tout de suite l’éloquence dans l’articulation typiquement forcée des professeurs qui encouragent leurs élèves à ne pas faire de fautes : «L’écriture ne constituuuueeee ni la finalité ni la natureeee premièèèrrrree du dire.» Cette exagération comique nous renvoie, un sourire aux lèvres, sur les bancs de l’école primaire avec un petit goût de nostalgie et l’odeur de craie sur les tableaux.
Et à quoi sert la dictée finalement si ce n’est… à faire des fautes?
 
Les deux trublions de l’orthographe nous démontrent de manière plutôt cartésienne les absurdités de certaines règles imposées que nous suivons sans les remettre en question. Car oui, l’orthographe a quelque chose de sacré : «la dictée c’est la prière républicaine. Si c’est dans le Bescherelle, ainsi soit-il. »
CQFD.
 
Les anecdotes pleuvent et le public en redemande :
 
Si à « confiture de groseille », le mot groseille est au singulier, dans « gelée de groseilles » en revanche il est au pluriel. La confiture ayant des fruits en morceaux contrairement à la gelée, la présence du s dépend du temps de cuisson.
 
La règle des pluriels en x est née d’une confusion. Il n’y a pas de linguiste à l’Académie Française. Le mot alléger s’écrit avec 2 l alors qu’alourdir n’en prend qu’un. Siffler a 2 f mais persifler n’en a qu’un seul. Capharnaüm est le seul mot de la langue française avec un tréma sur le u.
 
On s’interroge aussi:
 
Pourquoi n’accorder le COD que lorsqu’il est placé avant le verbe et non pas après ?
« L’orthographe, divinité des sots » Stendhal 
Vous avez 4h.
Quand vous faites une faute d’orthographe, on ne juge pas votre orthographe, on vous juge VOUS.

Et si faire évoluer l’orthographe, c’était défendre la langue? Le débat est lancé et le moment interactif du spectacle permet au public de s’exprimer sur le sujet.

C’est bien mis en scène, parfaitement rythmé, divertissant et éducatif. 
 
On passe un bon moment et on vous encourage à y aller, ne serait-ce que pour comprendre le marteau sur l’affiche du spectacle…
Crédit photos : ©Véronique VERCHEVAL et affiche du spectacle
La convivialité 

De et avec : Jérôme Piron et Arnaud Hoedt

Durée : 1h
« Entre-deux », un spectacle à la carte !
Interview de Paloma Casile : « J’ai toujours travaillé dans le sens des femmes. »
Geraldine Elbaz
Passionnée de théâtre, de musique et de littérature, cinéphile aussi, Géraldine Elbaz est curieuse, enthousiaste et parfois… critique.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *