Théâtre

Le metteur en scène Alexandre Zeff pour JAZ à l’Opprimé.[Interview] 

Le metteur en scène Alexandre Zeff pour JAZ à l’Opprimé.[Interview] 

09 octobre 2017 | PAR David Rofé-Sarfati

À Avignon cet été la réservation connait chaque soir une liste d’attente. La pièce JAZ mise en scène par Alexandre Zeff revient au Théâtre de l’Opprimé. L’opéra jazzy sur un viol par emprise est montée enchâssé. Ludmilla Dabo interprète les deux femmes, celle qui raconte et celle qui est racontée dans une performance qui dissout le distinction entre cette femme et son destin. La scénographie est magique et forte. Alexandre Zef nous a fait l’honneur de répondre à nos questions. 

 

TLC :  Il y a eu plusieurs versions du spectacle, comment s’est déroulé le glissement vers la version actuelle; quels aspects ont été abandonnés quels biais ont été ajoutés, en particulier la question du corps et pourquoi ?

AZ : La version actuelle s’est faite avec l’expérience des représentations et la maturité du travail. Nous avons ajouté deux séquences importantes, la scène avec le masque qui avait été écarté dans la première version du spectacle et la chanson rock à la fin. La première est une demande de l’auteur pour que l’on comprenne bien pourquoi JAZ a décidé de se raser la tête chaque année et la deuxième est une chanson que j’ai intégré car elle permet aux spectateurs de se décharger d’une certaine violence et de partager une sensation libératrice.

TLC :La distinction entre les deux femmes, celle qui raconte et celle qui est racontée, peu à peu se dissout. c’est génial et ajoute de la puissance au geste , mais racontez nous pourquoi cette rhétorique?

Il est encore difficile de parler de viol dans notre société. Le tabou est toujours la même si cela évolue doucement. JAZ veut aussi dépasser son statut de victime et cela lui permet de prendre de la distance avec ce qui lui est arrivée. On peut aussi y voir une dimension de dramaturgie pure. Cela crée une révélation, qui va toucher le spectateur par un effet de surprise encore plus violemment.

TLC : Le spectacle repose sur la performance de Ludmilla Dabo qui défend la pièce de tout son corps et de sa voix. Comment a-t-elle participé l’écriture scénique ou à l’écriture elle même ?

Elle a participé à chaque étape de création en complicité avec les musiciens. Elle a une grande force de proposition. Cela a été très agréable de travailler avec une actrice qui se met véritablement au service du projet avec une grande envie de se plonger dans le désir du metteur en scène. Il y a une évidence entre nous sur le plan artistique. On se comprend très rapidement sans avoir à se parler. C’est assez rare je pense.

JAZ
Auteur : Koffi Kwahulé
Artistes : Ludmilla Dabo, Gilles Normand, Franck Perrolle, Louis Jeffroy, Arthur Des Ligneris
Metteur en scène : Alexandre Zeff
01h10
Théâtre de l’Opprimé
78 rue du Charol
75012 Paris

L’agenda culture de la semaine du 9 octobre 2017
L’exposition mystérieuse des « Forêts Natales » au musée du quai Branly
David Rofé-Sarfati
David Rofé-Sarfati est Psychanalyste, membre praticien d'Espace Analytique. Il se passionne pour le théâtre et anime un collectif de psychanalystes autour de l'art dramatique www.LautreScene.org. Il est membre de l'APCTMD, association de la Critique, collège Théâtre.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *