Théâtre

Aux Célestins de Lyon, Claudia Stavisky plonge « La place royale » de Corneille dans l’adolescence

Aux Célestins de Lyon, Claudia Stavisky plonge « La place royale » de Corneille dans l’adolescence

12 mai 2019 | PAR David Rofé-Sarfati

Claudia Stavisky, directrice du lieu, monte dans la grande salle des Célestins de Lyon la pièce de Pierre Corneille, La Place Royale ou l’amoureux extravagant. Les alexandrins sont défendus par une troupe d’adolescents bouillonnants au sein d’un décor sombre et beau.

 

La pièce de Corneille est une comédie sur l’amour et d’engagement. Alidor et Angélique s’aiment mais le jeune homme s’effraye à aliéner sa liberté à cet amour. La seule idée du mariage le terrorise. Il échafaude un plan afin que Angélique se donne à son ami Cléandre. Ainsi il la perdra sans la perdre tout à fait. Il la convainc faussement de son infidélité. Lorsqu’Angélique s’énamoure de Doraste et non de Cleandre, Alidor, décidé à ce mariage entre la belle et son ami fomente de la séduire à nouveau. Le jeu pervers  terminera en tragédie.

Les adolescents sont grégaires mais craintifs. Ils affectionnent à se retrouver dans des lieux secrets pour y construire leur projets, Profitant d’une extraterritorialité rassurante mais étrange ils élaborent en groupe leur  intromission au monde des adultes. Claudia Stavisky saisit admirablement ce penchant. Nous sommes au milieu de ruines dans une clairière sombre. Le décor gris et obscur fabrique un univers et invite nos imaginaires. Autour de ces ruines les adolescents s’animent. 

Claudia Stavisky fuit la respectueuse solennité des alexandrins et emmène ses comédiens vers une pièce contemporaine riche de la vivacité et de l ‘innocence cruelle de la jeunesse. Les comédiens sont inégaux et peinent parfois à défendre les saillies comiques cependant que le texte nous est offert dans sa pluralité. Applaudissons Roxanne Roux (déjà repérée en Avignon en 2017 dans l’impromptu de Clement Hervieux) qui invente une très réussie Angélique ambivalente,  Camille Bernon (Change Me, Les Enivrés…) parfaite en Phylis au caractère bien trempé, drôle et clairvoyante, et Loïc MOBIHAN au talent ici confirmé. 

 

Grace à  ce trio de comédiens, à  cette écriture ado et par la force du texte de Corneille, le public applaudit de bonheur, quelques bravos.  

 

La Place Royale ou l’Amoureux extravagant
De Pierre Corneille
Mise en scène Claudia Stavisky
Avec Camille Bernon, Julien Lopez, Loïc Mobihan, Bertrand Poncet, Renan Prévot, Roxanne Roux

Durée 1H20

 

Crédit Photos © Simon Gosselin

Infos pratiques

Le Festin-Centre Dramatique national de Montluçon
La Comédie de Clermont Ferrand
theatre_des_celestins

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *