Théâtre
Anne Kessler : « La littérature et le cinéma ont une origine commune »

Anne Kessler : « La littérature et le cinéma ont une origine commune »

25 novembre 2021 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Samedi 27 et dimanche 28 novembre, Anne Kessler dirige Mathieu AMALRIC, Léa DRUCKER et Guillaume GALLIENNE (de la Comédie-Française) à l’occasion de la lecture-spectacle J’ai vu naître le cinéma : Tolstoï, Apollinaire, Virginia Woolf… les écrivains racontent la naissance du 7e art à l’Auditorium du musée d’Orsay.

Comment cette idée de lier littérature et cinéma au sein de votre spectacle est-elle venue ?

C’est une idée qui est venue très naturellement. La littérature et le cinéma ont une origine commune : une histoire que l’on raconte, un sujet que l’on traite avec une plume ou avec une caméra, mais avec la volonté de transmettre des émotions dans un langage artistique avec la grammaire et le vocabulaire de son art.

Dans cette adaptation, y a-t-il des racines communes à vos spectacles précédents ou est-ce tout à fait innovant ?

J’essaie, dans tout ce que je fais, d’aller à la rencontre du sens en le restituant dans une forme qui me convient. Mettre en scène, c’est s’approcher au plus près d’un auteur en sollicitant le talent, l’émotion, le vécu des acteurs. Ce spectacle ne diffère pas des autres dans l’intention. Il est ici question de cinéma ; c’est un sujet qui me passionne. Jusqu’ici, j’ai eu la chance de n’aborder que des sujets qui me passionnaient. C’est une chance que j’essaie de ne jamais laisser passer sans la saisir.

Vous qui baignez à la fois dans le cinéma et dans le théâtre, comment abordez-vous ce lien entre les deux ? Pensez-vous qu’il soit nocif, bénéfique, les deux ?

Au cinéma et au théâtre , il faut donner à voir et à entendre. Seuls les moyens diffèrent, mais l’intention est la même. Il faut être sincère et exigeant. Il faut être humble aussi. Ce sont des arts de combat, j’essaie de les pratiquer loyalement en enrichissant l’un de l’expérience de l’autre.

Mathieu AMALRIC, Léa DRUCKER et Guillaume GALLIENNE ont tous la particularité d’être acteurs/actrice et comédiens/comedienne, ce « casting » vient -il répondre au lien entre théâtre et cinéma ?

Léa, Mathieu et Guillaume sont de véritables décathloniens, des athlètes complets. Ils savent jouer pour la caméra comme pour le public. Ils incarnent parfaitement ce que j’ai voulu représenter dans ce spectacle, un peu comme un arc-en-ciel qui permet de voir les couleurs qui, en se confondant, donnent simplement la lumière blanche : des acteurs qui se sont construits avec la littérature, le théâtre et le cinéma et qui excellent dans la construction d’un personnage qui trouve sa liberté quelque soit l’espace dans lequel il se trouve : une page… une scène… un écran.

Y a-t-il un texte qui vous a particulièrement touchée, dans lequel vous vous êtes retrouvée par rapport à tous les auteurs que vous portez sur scène ?

J’ai une affection toute particulière pour le texte de Guillaume Apollinaire, car je le trouve à la fois prophétique, plein d’humour, d’intelligence et de sensibilité.

Auriez-vous voulu assister à cette naissance du cinéma ? Et pourquoi ?

Je suis contente de vivre dans une époque où s’est déjà constituée une extraordinaire collection de chefs-d’œuvre du cinéma. A quinze ans j’ai découvert Fellini, Visconti, Wenders, Woody Allen, Buñuel, Ozu et je découvre de nouvelles merveilles tous les jours. Je regarde le cinéma des pionniers avec admiration et ravissement mais quelle joie de pouvoir, aujourd’hui, visionner en quelques heures plus d’un siècle de cinéma !

27 et 28 novmbre, Auditorium du musée d’Orsay à 17h. Informations et réservations ici

Visuel : ©Sophie Crepy

Maud Blandel – Diverti Menti : Quoi de neuf? Mozart
Agenda des vernissages de la semaine du 25 novembre
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture