Spectacles
Plaine d’artistes, la Villette déborde d’art tout juillet

Plaine d’artistes, la Villette déborde d’art tout juillet

03 juillet 2020 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Depuis hier et jusqu’au 2 août, la Villette – entendez tous les espaces de la Villette – est ouverte au public du jeudi au dimanche. Au programme : théâtre, danse, cirque, bref… un festival !

Soir d’inauguration et public en manque d’Avignon

Un deux juillet, de quoi parlent normalement les professionnels de la culture ? De leurs dates de présence à Avignon bien sûr ! L’annulation du Festival, qui aurait dû commencer aujourd’hui, fait que l’on a envie de s’y croire. Alors, on court d’une performance à une autre, serrés par le temps. Autre grand sujet, le remaniement bien évidemment. Riester restera, restera pas ? Claire Chazal, Aurore Bergé, Jean-Michel Jarre… ? La fin du ministère avalé dans un grand tout dirigé par Jean Michel Blanquer… ?

Alors, on commence notre déambulation par la Grande Halle qui est tout ornée d’installations pensées par le Centre Pompidou. Une toile d’araignée immense et poétique, une chanteuse lyrique, une coiffeuse, une backroom rhizomique… le lieu est tout rempli. Puis on glisse, on pense juste passer à la répétition qui a lieu au Théâtre Paris Villette, merveilleusement rénové. 

Dans le cloître fermé, Norah Krief, Frederic Worms, Antonin Fresson et Frederic Fresson sont en pleine discussion. Depuis 14 heures, ils sont en salle et amorcent un travail autour du livre de Frédéric Worms Pour un humanisme vital (2009).  Très vite, c’est génial. Le théâtre se fait et se malaxe devant nous. Norah Krief a participé aux lectures par téléphone de la Colline et elle a gardé, avec elle, un sonnet de Shakespeare écrit pendant une épidémie de peste. Frederic Fresson pense à haute voix, indique qu’il s’agit ici de « situations de parole ». Le temps s’entrechoque entre les épidémies passées et d’aujourd’hui. À la guitare, Antonin Fresson joue une fugue de Bach. Norah chante une lettre d’amour. Ce sera beau à n’en plus pouvoir. Tiens… le pouvoir… Comme c’est un soir d’inauguration, c’est people. Et la porte s’ouvre sans précaution pendant que les comédiens sont au travail. D’abord Jack Lang, puis 20 minutes après, Franck Riester, viennent voir. « Le public est nécessaire au spectacle vivant », dit aux acteurs l’actuel ministre. Ce qu’il ne sait pas c’est que son arrivée a fait monter la tension, que la répétition a pris une autre tournure. En quelques instants, une mise en scène a été pensée et réalisée. Il s’agit toujours de faire spectacle. 

Plus de 250 artistes, toutes disciplines confondues

Alors que va-t-il se passer à partir d’aujourd’hui ? Danse, théâtre, cirque, arts plastiques, musique, performances, magie, Plaine d’artistes se décline en trois mouvements.

CÔTÉ COULISSES : Bartabas, Angelin Preljocaj, Mourad Merzouki, Marion Motin, François Chaignaud, Dieudonné Niangouna, Thierry Collet, Bouziane Bouteldja, Anne Nguyen, Lucie Antunes, Thomas Quillardet, Norah Krief et Frédéric Worms, Collectif XY, Anne-Laure Liégeois… lèvent le voile sur leur travail et font accéder le public au plateau, au hasard de sa déambulation sur le site, pour découvrir un geste artistique en train de se créer. Une occasion aussi pour les artistes de tenter un geste différent, inattendu, inachevé, prometteur peut-être.

LES MOYENS DU BORD: La Villette et le Centre Pompidou unissent leurs efforts pour offrir à huit artistes un espace propre à la réalisation d’une œuvre éphémère réalisée dans la Grande Halle. Une célébration de la jeune création en France avec Julie Béna, Gaëlle Choisne, Julien Creuzet, Mathieu Kleyebe Abonnenc, Anne Le Troter, Julien Prévieux, Maxime Rossi, Simon Rouby et Native Maqari.

CÔTÉ JARDINS : L’IRCAM invite à un parcours sonore avec Biotope, des vidéos d’artistes contemporains dont Boltanksi, seront projetés sur les arbres de La Villette ; le CND Centre national de la danse propose, avec Green Factory, à 6 équipes d’artistes d’investir le parc, tandis que les plasticiens Romain Vicari, Victor Cord’homme, Adrien Ledoux et la photographe Adeline Care ponctueront le parc de leurs installations. Le jeune public pourra aussi déambuler tout l’été sur cette plaine d’artistes avec « Ré-craie-ation » un parcours récréatif Little Villette entre fresque, circuit et mandala géant.

À ne pas rater, 23 au 25 juillet : François Chaignaud, du 2 au 12 juillet : Norah Krief & Frédéric Worms,
23, 24, 25, 30 et 31 juillet : Johanny Bert et du 9 au 19 juillet : Bartabas.

Entrée libre. Tout le programme est ici.

Visuel : ©ABN

Infos pratiques

Le Chêne
Arras Film Festival
Guisgand-Quentin

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *