Performance
Joachim Latarjet et Nikolaus, Julien Mabiala Bissila et Adèll Nodé-Langlois aux Sujets à Vif

Joachim Latarjet et Nikolaus, Julien Mabiala Bissila et Adèll Nodé-Langlois aux Sujets à Vif

08 juillet 2017 | PAR Amelie Blaustein Niddam

En parallèle du programme A, à 11H, la SACD invite, pour le festival d’Avignon, Joachim Latarjet et Nikolaus, Julien Mabiala Bissila et Adèll Nodé-Langlois à entrer dans les Sujets à Vif. Un programme B très axé sur le clown à voir à 18h.

Joachim Latarjet et Nikolaus, La même chose

Un circassien (Nikolaus) et un acteur-musicien (Joachim Latarjet) entrent en scène comme s’ils revenaient de la campagne de Russie. Chargés comme des bœufs et manteau sur le dos. La seule question est : la lampe peut-elle rester sur la table ? Oui, la réponse   tient en deux mots :  rythme et équilibre. Alors l’un va jouer de la guitare, du trombone, de la mini-guitare et l’autre va grimper, empiler une table à trois pieds et une chaise défoncée. Il n’a qu’à chanter maintenant, et en allemand. Cela ferait une belle boucle à sampler. Et en guise de beat, il pourrait jongler en faisant passer les balles sur sa tête comme si c’était facile. Et pourquoi pas prendre de la hauteur ? On voit mieux vu d’en haut, en construisant sur scène en deux secondes un chapiteau ? C’est une proposition drôle et clairement réussie qui met en relation deux artistes brillants.

Julien Mabiala Bissila et Adèll Nodé-Langlois, Le rire pare-balles.

Là encore, il s’agit d’une rencontre musique live et cirque. Lui est comédien, elle est clown, portant le léger nom de scène « Antigone ». Nous voici dans une soirée caritative au profit du CFRAD, ce lieu qui fut le QG du Général de Gaulle pendant la Seconde Guerre Mondiale. Le duo joue à fond la carte du clownesque pour dénoncer la France-Afrique, son népotisme et ses trafics. Tout est tenté,  y compris la pire reprise possible de « Zombie » par les Cranberries. Mais le résultat épuise par trop de sur-jeu, typique du clown. Alors on s’amuse, mais sans plus, face à cette dénonciation vaine du massacre de l’Afrique par la colonisation.

Du 8 au 14 juillet à 18h, Jardin de la Vierge du lycée Saint-Joseph

Visuel : La même chose © Cie Oh! Oui… Joachim Latarjet

Infos pratiques

Festival en Othe
Urbaka
festival_davignon

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *