Jeune Public
L’humour de Pef sur scène pour le plaisir des (grands) enfants

L’humour de Pef sur scène pour le plaisir des (grands) enfants

07 décembre 2015 | PAR Clémence Charrier

Au théâtre l’Européen, du 28 novembre au 03 janvier, se joue une part de l’enfance de tout le monde : les aventures du Prince de Motordu. Une adaptation théâtrale des  mythiques ouvrages de Pef sur un prince qui parle de travers. Retour en enfance.

[rating=4]

Le spectacle de 55 minutes est clairement destiné aux enfants : décors chamarrés, costumes loufoques, et jeu hyper dynamique. Deux histoires de Pef ont été réunies pour l’occasion : « Motordu et le fantôme du chapeau », et « Motordu a pâle au ventre ». Si la transition entre les deux parties n’est pas extrêmement naturelle, on apprécie d’avoir deux intrigues différentes dans une même pièce, pour le rythme ainsi créé. Les acteurs, survoltés, qui incarnent jusqu’à cinq personnages différents, mènent la danse tout au long de ce spectacle survitaminé.

Les enfants sont captivés par l’intrigue, et surtout, suivent assidûment le texte composé de ces « motordus », qu’ils corrigent avec toute la sincérité du monde, criant « Mais non, c’est robe de chambre, pas rose de chambre ! ». Un vrai plaisir de les voir aussi impliqués dans une pièce qui en devient presque interactive. Et les parents ne sont pas en reste, puisqu’un bon nombre de ces mots détournés impliquent un jeu de mot qui leur est destiné. Cet humour à la fois décalé et très actuel, se jouant des mots pour se jouer de leur sens, parfois de façon très caustique, nous fait rire de bon coeur.

L’adaptation d’une BD en théâtre aurait pu paraître difficile à mettre en place, mais Bruno Denecker, avec l’aide de ses partenaires, a magnifiquement bien réussi ce pari. Les décors et costumes, en plus des répliques, traduisent les jeux de mots avec intelligence et humour, et établissent à merveille l’univers de Motordu.  Seul point négatif : les attitudes surjouées des acteurs. Si elles font rire les enfants, elles sont parfois un peu trop grotesques et en deviennent quelque peu lassantes pour les adultes de la salle. Une exagération qui ne trouve pas sa place, et qui se retrouve superflue. Mais le spectacle n’en reste pas moins un vrai régal pour tout le monde, nous faisant rire de bon cœur du début à la fin. Un classique de l’enfance à faire découvrir à nos enfants, et à savourer pour les parents nostalgiques de l’humour irrésistible de Pef.

Représentations tous les samedis à 14h30 jusqu’au 03 janvier 2016

VISUELS : © Franck Vienney

Infos pratiques

Le Studio Raspail
Joséphine
Clémence Charrier

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *