Jeune Public

« Les enfants c’est moi », Amélie Roman a vu la vierge au Off d’Avignon, et maman, c’est  vachement bien !

« Les enfants c’est moi », Amélie Roman a vu la vierge au Off d’Avignon, et maman, c’est vachement bien !

20 juillet 2018 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Marie Levavasseur met en scène un conte pour les enfants et les mamans à la Présence Pasteur.  Qui a dit que les enfants avait forcement besoin de leurs parents ? À partir de 8 ans. 

Dans un décor kitsch à souhait s’alignent des bondieuseries, des poupées et des petits animaux.  D’un côté on devine un arbre dans la pénombre et de l’autre un homme orchestre, Tim Fromont Placenti. Elle, Amélie Roman, n’a aucune patience. Les lèvres très roses, la voix d’une gamine de 6 ans et une robe qui tourne, elle n’a rien d’une adulte. Elle trépigne : « C’est bon là ? »

Mais voilà. Elle a un bébé. Oui elle. Comme quoi, ça peut arriver à tout le monde et disons qu’en matière de mère insatisfaisante, elle tient bon. Elle veut tout maîtriser jusqu’à l’étouffer : « J’essaie de mettre un cadre sur ses limites mais c’est pas facile », « tu comprends pas le verbe non ! ». Elle ne s’en sort pas, parle à sa grand-mère morte et surtout… à la Vierge, à la mère des mères qui avec Laurence Pernoud doit avoir deux trois avis sur la question !

Le jeu joue la carte cynique à souhait, limite trash. On rit aux éclats devant cette nana débordée. « Parfois des miracles se produisent » mais pas toujours, son môme ne se laisse pas faire et pousse très bien tout seul. Et si transmettre la liberté avait fait d’elle une mère ? Pas si mauvaise en fait !  Amélie Roman est clown et marionnettiste. Elle évolue à merveille dans un décor extrêmement inventif où surgissent des apparitions … bibliques …du plafond. La  musique live, rock, est l’alliée parfaite de ce très très bon jeune public qui fera pas mal rire les mamans aussi !

Du 6 au 29 à la Présence Pasteur, relâche le 28. A 11h25, durée 55 minutes.

Tous les articles de la rédaction à Avignon sont à lire ici.

Visuel : ©Fabien DERABANDEREIMG

La France underground : Free jazz et rock pop, 1965/1979, le temps des utopies
Avignon Off : « Mein Kampf, une farce », peut-on rire de tout ?
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *