Jeune Public

« Un conte du chat perché » 100% opérette au Off d’Avignon

« Un conte du chat perché » 100% opérette au Off d’Avignon

21 juillet 2018 | PAR Amelie Blaustein Niddam

La compagnie In-Sense met en musique, façon opérette Les boites de peinture, l’un des célèbres contes de Marcel Aymé. idéal pour les grands de maternelle et les primaires.

Les spectacles jeunes publics ne se ressemblent pas au petit Théâtre du Centre. Après le contemporain L’Écorce des rêves place à l’ultra classique mais néanmoins efficace Un conte du chat perché. Ici pas de volonté initiatique ou identificatoire. Nous sommes dans l’esprit de l’histoire du soir que l’on lit aux enfants. Et cette histoire nous raconte les aventures de Delphine et Marinette à qui l’oncle Alfred a offert un nécessaire de peinture. Les deux gamines désobéissent à leurs parents qui leur avaient attribué des tâches domestiques.

Alors, elles peignent les animaux de la ferme et voilà que les vrais animaux disparaissent au profit de la fiction. Coup de théâtre et quiproquo sont de mise. C’est là qu’il est très agréable de retrouver l’espièglerie de Marcel Aymé qui nous amuse avec une situation aussi absurde qu’improbable.

Sur scène et au piano Ernestine Bluteau campe le rôle du narrateur. La mezzo-soprano Marie Blanc et le Baryton Philippe Scagni sont eux tout le monde : les filles, les parents, les animaux !

Les enfants s’amusent beaucoup de la situation (un âne à deux pattes ce n’est pas fréquent !) et rient aux éclats. L’idée, très bonne, de traduire le conte en chansons lyriques fonctionne à plein. On regrette un décor vraiment trop figuratif où rien n’est suggéré et tout est montré. A part ce petit bémol, le spectacle est une réussite qui permet d’offrir une belle porte d’entrée aux enfants vers l’art lyrique.

Du 6 au 29 juillet au Théâtre du Centre-Durée 45 mn, relâche le 23/07.

Visuel : ©Affiche du spectacle

Tous les articles de la rédaction à Avignon sont à retrouver ici

Festival d’Avignon Sujets à Vif D : Lumineux « Long time no see! » de Jenna Jalonen et Beatrix Simko accompagné de « Fénanoq » au Jardin de la Vierge du Lycée Saint-Joseph
« Pale Blue Dot », Etienne Gaudillère enfonce des portes ouvertes au Festival d’Avignon
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *