Danse
Vivir Vende, dans les pas de l’Argentine aux Rencontres chorégraphiques

Vivir Vende, dans les pas de l’Argentine aux Rencontres chorégraphiques

26 mai 2022 | PAR Aurèle Poirier

Ce 26 mai, les Rencontres accueillaient pour le second soir, la première venue en France  de la chorégraphe Mayra Bonard. A travers la danse, les trois artistes nous emmènent dans un voyage remettant en cause les injonctions contraires du monde contemporain.

 

Mayra Bonard, accompagnée de deux danseurs, Frédérico Fontan et Damian Malvacio veulent traduire, peut-on lire dans la feuille de salle, « avec vivacité l’importance et l’urgence de nous réapproprier nos corps, nos identités, nos désirs et nos luttes. ». Ne pas hésiter à s’engager, à se dévoiler et à s’assumer. C’est l’essence même de ce fabuleux spectacle Vivir Vende.

 

A la fois fort et Léger

Mayra, Damian et Frédérico, trois danseurs, trois styles ; tous unis par la vibration du mouvement. C’est dans une légèreté, une harmonie aussi légère qu’une poésie, que le trio emporte avec lui le public. Alterné entre rythmes saccadés marqués par une musique électronique, chaque mouvement agit au moment de l’instant.

Il y a une liberté certaine qui se dévoile dans ce spectacle. S’il s’intitule Vivir Vende, soit s’abandonner à vivre, ce n’est pas pour rien. Dans chaque pas se reflète l’âme des danseurs, il y a ce désir de raconter une histoire, qu’elle soit d’amour, de peur, de danger… La morale reste celle de vivre l’instant présent.

 

Dénoncer un système de consommation abondant

Des grands sacs plastiques sont remplis de plein d’objets du quotidien, comme par exemple : des pneus, des cerceaux, des jupes, des casseroles… Ils sont vidés sur la scène. C’est alors que chaque danseur réutilise ce matériel pour se vêtir puis entamer un semblant de défilé de mode.

Il y a un côté satirique qui se moque de l’industrie de la mode et de la consommation. Cela se traduit dans le contraste qui se créé entre l’attitude très sérieuse et presque stoïque des acteurs à l’opposé de leurs tenues.

En somme, Vivir Vende, c’est s’abandonner à vivre. C’est assumer chaque parti du corps, la ressentir, explorer son mouvement. Mais c’est aussi porter un regard critique sur ce système politique et social. Ce spectacle est une palette d’émotions, à vous de choisir celles qui vous inspire une chanson !

Les Rencontres Chorégraphiques Internationales de Seine-Saint-Denis se poursuivent. Tout le programme est ici.

 

Visuel : © Affiche officielle Vivir Vende

Cannes 2022, Compétition : « Leila’s brothers », une comédie familiale un peu plombante de Saeed Roustaee
Agenda du pont du 26 au 29 mai
Aurèle Poirier

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture