Danse
Pourquoi Anne Teresa De Keersmaeker fera danser Così fan tutte par Rosas

Pourquoi Anne Teresa De Keersmaeker fera danser Così fan tutte par Rosas

02 janvier 2017 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Bruissement dans le Landernau. La chorégraphe Anne Teresa de Keersmaeker a créé une petite révolution en choisissant finalement de ne pas faire danser les danseurs de l’Opéra de Paris lors de la création de Così fan tutte le 26 janvier.

cosi-fan-tutte-opera-programmation-saison-16-17-opera-national-de-paris

Tout commence avec la réaction de Adrien Couvez (Coryphée), visiblement amer :

.

La pièce devait faire intervenir douze danseurs, six issus de Rosas et six du Ballet. Mais au fil des répétitions, et selon l’Opéra de Paris joint par téléphone, Anne Teresa de Keersmaeker « s’est confrontée à un problème de temps de création, devant gérer deux distributions de chanteurs ». L’Opéra ajoute « C’est un cas de figure rarissime : Un chorégraphe qui met en scène un Opéra ».

Il arrive souvent que l’Opéra de Paris invite des compagnies. Ce sera le cas dès mercredi avec Impressing the Czar dansé par Semperoper Ballett de Dresde. Certains spectacles d‘Anne Teresa de Keersmaeker sont au répertoire, Rain par exemple, qui dans ce cas est dansé par le ballet. Les deux cas de figure existe.

Dans le cas de la création de l’Opera Così fan tutte, elle officie comme metteuse en scène et chorégraphe. Elle a commencé les premières répétions avec les danseurs de l’Opéra Paris avant de réaliser que sa methode de travail composée par des lignes mathématiques, serait trop longue à transmettre en si peu de temps. Elle a donc préféré privilégier ses danseurs, les jugeant plus aptes à apprendre la chorégraphie accompagnant cet Opéra. C »est bien cela qui a suscité la colère des danseurs, le fait que la distribution de départ change. L’Opéra précise que le travail été très peu amorcé lors de ce changement de décisionµ.

Alors, il y a-t-il « drame » à l’Opéra ? « Non, mais un peu de frustration oui ! »

Photo © plainpicture/photocake.de

Agenda culturel de la semaine du 2 janvier
Programme des Incontournables UGC 2017 : du 11 au 17 janvier 3€50 la place pour revoir les meilleurs films 2016
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *