Danse

Les 15e Rencontres de la forme courte en Nouvelle Aquitaine

Les 15e Rencontres de la forme courte en Nouvelle Aquitaine

06 février 2018 | PAR Eriksen

Succès grandissant pour les 15e Rencontres de la forme courte du 23 janvier au 2 Février en Nouvelle Aquitaine (Boulazac (Périgueux), Cognac, bordeaux, le Bouscat, Bègles, Pau, Gradignan, Limoges). Danse, performance, cirque, musique et théâtre, Jean-Luc Terrade chine les recoins et les marges du spectacle vivant, pour une programmation destinée ou adapté à la forme courte.

A la manufacture-Atlantique de Bordeaux,  « Rafales » de Benjamin Bertrand. Un homme une femme, torses nus, en fort appui crane contre crane. Quelle pensée les unit ? Des imperfections d’équilibre font sentir la synergie vigilante de l’équilibre précaire. Si l’un chute l’autre tombe. Puis les siamois se séparent mais la connexion reste. Les corps ondulants jouent de l’unisson et de la répétition pour faire évoluer l’imperceptible. Un gros ventilateur soulève un tissu léger qui s’anime d’une vague qui se répète ni tout à la fait la même ni tout à fait une autre. Mais où vont-ils ? Les corps s’éloignent, un air de blizzard se lève, et s’évapore la magie d’une synergie homme-femme devenue rare sur scène.

Au Globe théâtre, « Des paradis#3 », de Kevin Jean. Trois corps nus couchés dans une gélatine fluide, légèrement collante. L’horizontalité annule la pesanteur, la gélatine les frottements. Une impression de ralenti, de corps célestes qui se cherchent, se perdent, se retrouvent. Deux hommes, une femme. Personne ne peut vraiment attraper quelqu’un. Rien est acquis. Parfois une lutte pour le même objet de désir, parfois une ronde dans un sens, ou dans l’autre. Un peu de douleur dans l’inertie de ces corps célestes quand ils se loupent. Même si parfois deux culs s’offrent ou une tête émerge entre deux cuisses, l’érotisation n’est pas le sujet. Le désir semble douloureux ou fatigué. Mais la gélatine fait des fils et les corps s’arriment, le tiers disparait dans le trouple qui s’efface dans une troublante unité.

« Projet#Dorignac » à la halle des Chartrons. Deux hommes et une femme aux torses bleus, agitant leurs corps mécanisés, presque épileptiques, au milieu de mots en lettres grasses inscrits sur des cartons. Lorsqu’ils enfilent sur la tête une couche culotte, l’effet schtroumpf assumé fait sourire jusqu’à ce que les trois compères collent sur chaque spectateur une grande étiquette (un mot ou un bout de phrase) :  « Différence » affichée, uniformisation du reste. Le schtroumpf n’est différent qu’à la marge, qu’à l’écume, et c’est elle qui est montrée. La schtroumpfisation se poursuit par une danse à la fois frénétique et de plus en plus immobile, comme si, déjà au maximum, on ne pouvez que buter et reculer contre le plafond, tout en agitant son schtroumpf devant un parterre d’enfants hilares. O tempora, o mores ! Oxyder l’occident… Le carré de la place des Chartrons, l’octogone vitré de la halle, le cercle des schtroumfs-étiquettes et le triangle d’acteurs… le vertige vous prend entre le zéro et l’infini.

Les deux nous attentent à l’atelier des marches de l’été dans « Noir » de David Chiesa. Noir est manque de tout. Il reste encore à la marge une voix et quelques rayons, et c’est là que nous sommes. Voix portée par la vibration, cônes de lumière portées par la fumée. Quand le cône vous inclut, l’œil vous regarde. Vous êtes éblouis,mais vous êtes dedans et il n’y a pas de dehors. Lorsqu’il vous quitte, le cône redevient matière et vous êtes en dehors. La voix intense et grave de Flore Audebeau porte excellemment le texte de Christophe Tarkos.

Quatre spectacles en « dé/rangement », plus aération de printemps que tropisme du chaos. L’année prochaine, fin janvier en nouvelle Aquitaine « Osez dé/ranger votre regard », comme dit l’accroche de la manifestation.

Trente-trente : Les Rencontres de la Forme Courte.

 : http://www.marchesdelete.com/index.php?option=com_content&view=article&id=103&Itemid=279

« Rafales » de et avec Benjamin Bertrand et Eléonore Zurflüh. Création et interpréation sonores Florent Colauti.

http://www.marchesdelete.com/index.php?option=com_content&view=article&id=63:rafales&catid=10&Itemid=260

« Des Paradis #3 » de Kevin Jean, avec Laurie Giordano, Kevin Jean et Bastien Lefèvre.

http://www.marchesdelete.com/index.php?option=com_content&view=article&id=74:des-paradis-3&catid=10&Itemid=260

« Projet#Dorignac » de Annabelle Chambon, Cédric Charron et Jean-Emmanuel Belot

http://www.marchesdelete.com/index.php?option=com_content&view=article&id=77:titre&catid=10&Itemid=260

« Noir » de David Chiesa et Flore Audebeau.

http://www.marchesdelete.com/index.php?option=com_content&view=article&id=76:noir&catid=10&Itemid=260

 

Hunt a Killer : traque en 8 épisodes [Jeu de société]
La doctrine Braunschweig rate Macbeth à l’Odéon.
Eriksen

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *