World
Paulo Flores fait danser la Cité de la Musique

Paulo Flores fait danser la Cité de la Musique

11 octobre 2020 | PAR Antoine Couder

Le chanteur-compositeur angolais concluait samedi le week-end Lusitania organisé à la Philharmonie de Paris. Une performance saluée par un public enthousiaste.

Kizomba express

Ambassadeur de bonne volonté des Nations-Unis pour l’Angola, Paolo Flores a construit depuis une vingtaine d’année une œuvre remarquée tant l’artiste à su inventer de nouveaux genres musicaux : cette Kizomba , la musique de fête des quartiers, reconnaissable à cet enrobage électronique qui habille et soutient un mélange de zouk et de musique traditionnelle africaine (Congo et Angola) qui est alors (et toujours) dans toutes les têtes. Pour l’essentiel du public lusophone venu hier soir, c’est sur cette musique que se déploie les danses de salon. La communauté a pu en faire une démonstration, faisant fi du système de concert « assis » en se lançant sur le devant de la scène à quelques duos endiablés.

Semba en forte ondulation

On sait que les textes de Flores sont ancrés dans le vécu politique du pays. Celui-ci n’a pas son pareil pour évoquer en termes simple et très concret les dilemmes d’une société un peu déstructurée, passée de la guerre d’indépendance à celle de la manne pétrolière qui certes a enrichi les communautés mais en a aussi parfois abîmé les contours. Depuis les années 2000, Flores s’est réapproprié les rythmes du Semba d’antan, introduisant des paroles en portugais mâtinées du kimbundu parlé dans les quartiers déshérités. Plus avant, il revisite les classiques de la musique angolaise des années 60 et 70 les accompagnant de percussions traditionnelles (puita, dizanga, mukindo).

Fusion réussie

La musique de Paolo Flores apparaît aujourd’hui dans ce mélange réussi d’influences carabéenne, brésilienne, afro-cubaine et africaine. Sérénades d’amours jouées avec une simple guitare ou soutenues, plus enveloppantes,  avec un clavier. Sa musique lusitanienne se déploie, chatoyante, dans toute sa rigoureuse complexité tantôt joliment ondulante tantôt arrangée avec doigté dans une sorte de rythme dans le rythme qui donne l’impression de pouvoir se balancer à l’intérieur des chansons. Comme dans une cambrure de l’âme.

Photos @Damien Poulain

Point cardinal : La transidentité du livre à la scène. Une création au théâtre de Belleville
Le Vol du Boli au Théâtre du Châtelet les 7, 8 et 9 octobre 2020 : Un opéra contemporain signé Damon Albarn !
Antoine Couder
Antoine Couder est journaliste. Il est l’auteur de « Fantômes de la renommée (Ghosts of Fame) », sélectionnée pour le prix de la Brasserie Barbès 2018. Son travail explore le lien narratif entre document et fiction et plus particulièrement le thème de la musique, entendue au sens de l’écoute et de l’inspiration qu’elle procure. Il prépare actuellement une biographie de Jacques Higelin (Castor Astral, 2020)

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *