Musique
[Interview] : « Selekter, le Trip Advisor du streaming musical »

[Interview] : « Selekter, le Trip Advisor du streaming musical »

27 mars 2014 | PAR Marie Boscher

Le monde du streaming musical voit arriver un nouveau venu. Selekter se propose comme une application de recommandation éditoriale par le biais de contributeurs. Ici, en lieu et place d’algorithmes aléatoires, ce sont les selekters qui contribuent sur le site en proposant des critiques d’albums. Nous avons rencontré Christophe Soulard, le fondateur de Selekter, pour revenir sur ce concept novateur.

Logo-Selekter-1Comment vous est venue l’idée de mettre les auditeurs à contribution en sortant des systèmes classiques de notation pour aller vers des critiques plus pointues ?

Le concept est né de la lecture de deux livres : La longue traîne de Chris Anderson et Le Paradoxe du choix de Barry Schwartz. Ils théorisent deux idées sur l’offre et la demande infinie qui sont satisfaites grâce à Internet. D’une part Chris Anderson pointe l’existence d’une demande quelle que soit la taille de l’offre disponible, et la nécessité de créer une médiation entre les 2, d’autre part Barry Schwartz relève le caractère anxiogène d’une trop grande diversité de l’offre, qui freine la consommation et diminue la satisfaction du consommateur.

Selekter essaye de rapprocher l’offre et la demande en se basant sur une méthode de restriction des choix et de création de relation de confiance. Si je fais confiance à quelqu’un qui me dit qu’un produit est bien, je vais consommer ce bien avec plus de la satisfaction.

Ici chez Selekter on ne recommande pas de la musique, on recommande en premier lieu des prescripteurs qui conseillent les auditeurs. Je suis persuadé que le streaming est l’avenir de la consommation musicale, c’est comme ça que l’on va consommer essentiellement dans 10 ans. La vraie valeur ajoutée se trouve dans la recommandation.

Vous n’avez pas peur que les critiques deviennent trop élitistes ou au contraire trop superficielles ?

Il y a toujours le risque d’avoir des critiques trop alambiquées ou peu informatives. On souhaite instaurer un niveau de filtrage pour écarter les contributions les moins utiles. On ne partage pas nécessairement les goûts d’une personne mais parfois les critiques n’ont pas forcément d’utilité pour le lecteur si les avis sont mal exprimés. Pour la version future, on créera un feedback sur la qualité des critiques qui jouera dans la réputation du contributeur et lui permettra de s’améliorer.

Pourquoi avoir choisi de publier une version bêta et pas la version complète ?

On est en bêta parce qu’on est en phase de recrutement de contributeurs : tant qu’il n’y a pas un contenu suffisant, les gens ne sont pas intéressés. On finit de développer et d’améliorer l’interface avant de lancer la promotion officielle. Il n’y a pas d’urgence, on n’est pas tenus à des délais. Ce qui compte c’est la qualité. L’appel n°1 c’est « venez critiquer des disques ». Quand la version officielle sera lancée ce sera le moment de faire de la promo auprès des lecteurs pour développer l’audience.

Quels sont les retours des testeurs de la version bêta ?

Les contributeurs apprécient l’esthétique du site qui permet de passer sans rupture de la lecture de critiques à l’écoute. Il y a un vrai confort. On a cherché à faire un site purement graphique sans mots d’explications basé sur une compréhension intuitive du service et ne pas alourdir le site. Quels que soient les changements apportés dans la version future, l’idée restera quand même de rester intuitif.

Quelles seront les nouveautés de la version future ?

La grosse nouveauté ce sera le karma qui permet de rentrer dans une logique de réputation des contributeurs. C’est le système de gestion de la réputation et de l’expertise des contributeurs que l’on souhaite instaurer, qui intégrera notamment le feed-back des lecteurs avec d’autres critères. On va aussi développer les fonctionnalités habituelles d’alertes. Par exemple quand on cliquera sur un album qui n’a pas été critiqué, un message sera envoyé aux contributeurs spécialistes de ce style musical pour les inviter à faire la critique.

Une autre étape sera le développement de l’application mobile. On peut imaginer une application de découverte musicale à la Shazam qui embarquerait les contenus des selekters.
Pour la version bêta il y aura bientôt des liens vers les plateformes d’achat en ligne.

Alors, chers exaltés de musique en mal de trouvailles symphoniques, rendez-vous par ici pour découvrir Selekter !

Au festival Artdanthé, un Eric Arnal Burtschy au summum de l’élégance et une Laetitia Dosch en dilettante
La recette de claude : petits farcis de dinde au roquefort
Marie Boscher

One thought on “[Interview] : « Selekter, le Trip Advisor du streaming musical »”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


    Soutenez Toute La Culture