Pop / Rock

[Live Report] Plastiscines à la Maroquinerie: un pop rock à l’ambiance eighties

[Live Report] Plastiscines à la Maroquinerie: un pop rock à l’ambiance eighties

05 avril 2014 | PAR Celeste Bronzetti

A la Maroquinerie le rock alternatif made in France était l’invité d’honneur. Après la sortie du nouveau EP en février dernier, Plastiscines sont remontées sur la scène parisienne et le public aux goûts éclectiques du 20ème les a accueillies comme il fallait: avec l’enthousiasme et l’emportement que leur performance méritait.

Il était presque 21h quand les cinq pétillantes musiciennes sont apparues l’une après l’autre sur le plateau, cachées derrière un nuage de fumée qui n’était que le premier artifice d’un spectacle aux nuances ´80. Leurs guitares à la main, Ketty Besnard et ses copines ont vite montré qu’elles dominaient aussi bien la scène que leur son : batterie et première guitare ont donné le corps au concert, dont les accents pop n’empêchaient pas de saisir l’héritage du rock de leur adolescence, celui de Blondie et Pink, pour n’en citer que deux exemples au féminin.
La vitalité dégagée par la rock band aux cheveux longs a charmé rapidement le public festif et très réactif de la salle de Ménilmontant. Le nouvel album, tout récemment sorti de la salle d’enregistrement, est prêt à enrichir d´un son vaguement vintage notre playlist « scène rock française »: il sera en vente en France à partir du 15 avril prochain.

D’ailleurs, Plastiscines ne nous ont pas fait attendre pour nous faire goûter les premières notes pimentées de leur tout frais Back to the start : si les rythmes dégagés par cette avant-première semblent être en continuité avec les précédents albums, une maturité nouvelle paraît donner à ce troisième une identité plus achevée. Et cela malgré, ou peut-être grâce au fait qu’il s’agit d’un album de reprises: parmi celles qui chatouillaient le plus notre curiosité, la version Sexy boy de Air, n’a malheureusement pas fait partie de la set list. Dommage ! Nous aurions bien aimé pouvoir vous raconter comment les jeunes Plastiscines avaient retravaillé le son minimal du groupe électronique français avec une basse, des guitares électriques, et une batterie… cela n’a pas l’air évident sur le papier.

Pour découvrir le détail de Back to the start, il ne nous reste qu’a attendre le prochain bouillonnant live parisien de Plastiscines avec leur pop rock très énergique et bien sucrée.

« Comment gagner 3000 euros par mois (sans se fouler) » de Jim
[Chronique] Peut-on picoler sans grossir ? Laure Gasparotto dit oui… avec modération
Celeste Bronzetti

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *