Pop / Rock
L’interview stroboscopique : Alexis and the Brainbow

L’interview stroboscopique : Alexis and the Brainbow

14 mai 2014 | PAR Bastien Stisi

Crépitements lumineux, rugissements scintillants, et coup de strobo sur les garçons d’Alexis and the Brainbow, créateurs d’une électro pop camée, scintillante et salement euphorique, sur le point de présenter leur premier EP A Young Gun au public du Café Charbon ce jeudi 15 mai, dans le cadre des très émergentes soirées Converse Avant-Poste :

Les licornes, les nuages roses, le Big Bang provoqué par la rencontre d’Alexis et des Brainbow…ces éléments que vous introduisez au sein de la biographie « officielle » du groupe, c’est un gentil délire de drogués ou c’est une création pensée en amont afin de constituer votre propre mythologie artistique ?

Alexis Delekta (leader et chanteur) : À la base il faut le dire, c’est un simple délire de drogués ! mais plus on avance, et plus on fait en sorte que cette mythologie ait réellement existé !

Le « brainbow », comme vous l’avez déjà souvent répété, est une sorte d’IRM neurologique faisant apparaître, sur les images post analyse, les neurones de différentes couleurs selon leurs activités. Est-ce là une manière d’assumer le côté « pop scientifique » de votre musique ?

C’est une corrélation simple et évidente. En effet, ça fait sens ! Nous avons choisi ce nom car il nous plaît et que nous aimons les images qui en résultent. Avant de le choisir, nous étions loin de savoir que ce nom allait réellement coller avec notre musique !

Alexis and The Brainbow, c’est parfois de l’électro pop sucrée, mais finalement davantage sucrée au sang qu’à la gélatine Haribo…

A. K. : C’est sûr que l’on ne fait pas dans le Chantal Goya ! Le sang a une connotation « hardcore » ou « métal », donc je ne dirais pas non plus ça. Notre musique est diluée à l’azote. Ceci dit, il y a toujours une pointe de nostalgie dans nos compositions et on adore s’empiffrer de Schtroumpfs et de crocodiles durant les trajets qui nous mènent à nos concerts…

François and the Atlas Mountains, John and the Volta, Jackson and Hiscomputerband (bon ok, là c’est un peu particulier)…c’est quoi cette manie qu’ont les groupes Français avec le concept de leader + son orchestre ?

A. K. : Très bonne question, mais ça ne vient pas uniquement des Français. Il y a eu, pour ne citer que les plus connus, Bob Marley and the Wailers, James Brown and the Jb’s, Simon and Garfunkel, Charles Bradley and the Menahan Street Band… C’est un moyen d’affirmer plusieurs singularités dans la pluralité.

Après votre premier EP A Young Gun, l’album complet est-il déjà en préparation ?

A. K. : Oui en effet, le premier Ep n’est pas encore sorti que nous sommes déjà partis à l’assaut des chansons qui constitueront l’album. Nous allons enregistrer les pré productions dans les semaines à venir. La majeure partie de ces chansons constituent d’ailleurs d’ores et déjà notre set live !

Je cherche des sons pour remplir mon iPod…quelque chose à me conseiller ?

A. K. : Oui bien sûr. Tu peux y mettre : Budos Band, « Origin of Man » (Et tout l’album Budos Band2) / Jef Barbara, « Erection » / Darius, « Omeo » / WhoMadeWho, « Sun » (Et la totalité de ce fucking Brighter album) / Shuggie Otis, « Strawberrie Letter 23 » / Hubbabubbaklubb – « Mopedbart? » / Laura J. Martin, « Spy (The Simonsound remix) » / The Whitest Boy Alive, « Dreams » / Woolfy, « Looking Glass » / D.A.F., « Ich Will » / Woolfy vs Projections, « Neeve (Permanent Vacation Tropical Heat Mix) ».

Alexis and the Brainbow, en concert ce jeudi 15 mai à 22h au Café Charbon, dans le cadre des soirées Converse Avant-Poste :

Visuel : (c) pochette de A Young Gun d’Alexis and the Brainbow

Infos pratiques

Galerie Barnoud
Théâtre les Blancs Manteaux
Bastien Stisi
Journaliste musique. Contact : [email protected] / www.twitter.com/BastienStisi

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture