Pop / Rock
[Chronique] The New Basement Tapes « Lost On The River»

[Chronique] The New Basement Tapes « Lost On The River»

16 décembre 2014 | PAR Jean-Christophe Mary

Alors que Bob Dylan sort « The Basement Tapes Complete », onzième volume de la série ( 6 CD regroupant 138 chansons), voici le projet The New Basement.

Ce super groupe réunit le producteur T Bone Burnett, Elvis Costello, le percussionniste Jay Bellerose, Jim James (My Morning Jacket), Marcus Mumford (Mumford & Sons), Taylor Goldsmith (Dawes) et Rhiannon Giddens (Carolina Chocolate Drops) et met en musique une vingtaine de textes écrits par Bob Dylan en 1967, jamais enregistrés. Que c’est bon d’entendre ces notes ces notes d’orgue de melotron, ces guitares folk rock légèrement teinté de blues, surgir d’un autre temps. Celui où l’Amérique du milieu des 60’s, époque où The Band, The Eagles, The Byrds , CSNY commençaient tout juste à écrire l’histoire du folk. Pourtant « The New Basement Tapes » a bien été enregistré cette année. Arrêtons nous un instant sur le beau travail qui rappelle celui de Bob Dylan avec The Band. Ces titres qui sentent bon l’Amérique profonde redonnent au country folk roots ses lettres de noblesse. Décidément, il est impossible rester insensible à ce doux mélange de country, de bluegrass Impossible de ne pas remuer des pieds à l’écoute de ces pulsations étirées, de cette structure basse batterie à la fois non châlante, détachée et groovy. Ce « Lost On The River » est conçu de bout en bout avec des mélodies tantôt mélancoliques piano voix (« Liberty Street ») tantôt ensoleillées si claires « Duncan and Jimmy »), si limpides que l’on pourrait presque s’y baigner. Et puis il y a ces lignes de basses entêtantes, rehaussées de banjo, soulignées ici et là d’une guitare électrique sobre. Il y a la voix Rhiannon Giddens qui excelle dans le registre doux-amer et la mélancolie avec en fond sonore ce swing cool que l’on retrouve chez les chanteuses folk de l’époque comme Joan Baez , Joni Mitchell. Bref ce side project hors catégorie nous renvoie aux bases d’un bon vieux album de Dylan sans Dylan. C’est universel et fédérateur. Et qu’est-ce que c’est bon…

Jean Christophe Mary

1. Down On The Bottom

2. Married To My Hack

3. Kansas City

4. Spanish Mary

5. Liberty Street

6. Nothing To It

7. Golden Tom – Silver Judas

8. When I Get My Hands On You

9. Duncan And Jimmy

10. Florida Key

11. Hidee Hidee Ho #11

12. Lost On The River #12

13. Stranger

14. Card Shark

15. Quick Like A Flash

16. Hidee Hidee Ho #16

17. Diamond Ring

18. The Whistle Is Blowing

19. Six Months In Kansas City (Liberty Street)

20. Lost On The River #20

Bruxelles enregistre une série de vente record de BD
Le Memorial de la Shoah fête le 70ème anniversaire de la « libération » des camps
Jean-Christophe Mary

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture