Pop / Rock

Asaf Avidan magicien de l’Olympia [Live-Report]

Asaf Avidan magicien de l’Olympia [Live-Report]

17 novembre 2017 | PAR Yaël Hirsch

Avec son nouvel album, The Study on Falling (Polydor) le troubadour israélien Asaf Avidan est en tournée et de passage pour deux dates à guichets fermés à l’Olympia. Une salle difficile que sa voix puissante a séduit et envoûtés même lorsque les micros l’ont lâché!

En première partie de Asaf Avidan, l’émouvante Pomme a pu interpréter quelques uns de ses titres, dont le troublant et érotique « La Lavande », seule avec sa guitare en scène. Textes très travaillés, mélancolie folk, et même une touche de yukulele sur sa voix entre velours et écorchure, Pomme chante le souffle doux amer de la passion et l’haleine froide des insomnies (« Ceux qui rêvent ») avec une intensité qui nous a très bien préparés au show en anglais du showman Israélien.

Débardeur noir et total look jeans devant son quatuor de musicien, Asaf Avidan change souvent de guitare et attrape parfois l’harmonica ou le tambour pour varier les rythmes et les blues de son report toute qui commence a être vaste.

Il a démarré avec son légendaire timbre haut perché sur un standard. Avant de passer au tube du dernier album aux accents plus coheniens et donc à la sonorité plus grave, « My old pain », pour un public jubilant. A temps rétro, parfois presque bluegrass, prêt à étaler les octaves de sa voix sur ses textes profonds ou sur des medleys plus rock’n roll de ses titres et de classiques du blues, Avidan est toujours à fleur de peau, dans un effet électrique. Mieux que personne, il fait le show, mais toujours dans une note mélancolique. Mieux : quand il parle, il philosophe comme un oracle! Ce qui ne l’empêche pas de confier certains de ses fantasmes pour une femme qui fait du bondage avant de parler de chute sans fin et de chanter « The study of falling ».

Mieux encore : joyeux, charismatique et très présent, il sait faire des blagues de la voix d’un homme heureux d’être sur scène. Même quand le micro et le branchement de sa guitare le lâchent, Asaf Avidan reste placide et pro, termine sa chanson et nous parle pendant l’interruption. « Il y a des difficultés parfois et c’est la vie », nous dit-il à avant de reprendre une de ses chansons les plus lourdes d’histoire et de sens. Ils nous raconte donc toute cette histoire, celle de Moïse, celle d’un peuple et fait une petite interprétation qui dépasse le Talmud vers quelque chose de plus universel, pour introduire son solo à la guitare autour du veau d’or « Golden Calf »: « Je ne suis pas religieux mais j’aime la littérature et la Bible est un chouette livre. La mythologie, c’est l’humanité qui essaie d’agripper ses peurs et désirs fondamentaux et de les mettre en mots. »

Après une introduction quasiment andalouse, c’est toujours seul et sur un rythme lent battu en brèche par les applaudissements du public que le chanteur interprète son tube planétaire « One day Baby we’ll be old ». Son excellent claviériste le rejoint pour un final très classique et hollywoodien, « Natural, boy » de Nat King Cole, émouvant aux larmes. En bis le chanteur a donné avec encore plus de cœur si possible devant un public concentre le poignant « To love another », autre extrait du nouvel album. La foule hurle langoureusement ses au-revoirs plein de gratitude… Le concert est fini et Asaf Avidan recommence ce vendredi soir sur la scène de l’Olympia ou certains fans reviendront l’entendre.

visuel : Pomme & Asaf Avidan (c) YH

Gagnez 10×2 places pour « Tristano »(Orchestre National de Lille – 9 déc)
Price, le conte initiatique insipide de Rodolphe Dana
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : yael@toutelaculture.com

2 réflexions au sujet de « Asaf Avidan magicien de l’Olympia [Live-Report] »

Commentaire(s)

  • Merci pour ce report et pour avoir mis en mots ce moment inoubliable partagé grâce à vous. Le lendemain, le concert fut sans probleme de console et son, tout fur parfait , le public different et plus fan encore, que la veille, participa beaucoup, jusqu’à chanter avec lui, et Asaf en confiance, lui offrit encore d’avantage , dans une forme et une énergie , jeu de scène, mouvements et voix inégalés.

    novembre 20, 2017 at 5 h 00 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *